Echos des pèlerins en Terre Sainte

JERUSALEM TERRASSE

Les pèlerins de Saône-et-Loire qui ont été en Terre Sainte, nous parlent de leur pèlerinage !

Chaque jour un pèlerin différent nous partage son vécu...

Mardi 28 février

TS2017 JERUSALEM DEPART
Dernier jour de notre pèlerinage. Certains se sont rendus très tôt (6h30) au St-Sépulcre pour s’y recueillir dans le calme, sans la foule qui oblige à un passage trop rapide.

Après le petit déjeuner, nous avons retrouvé notre chauffeur et notre guide qui nous ont dirigés sur Abu Gosh où nous avons été accueillis dans un monastère bénédictin, véritable havre de paix.




Frère Olivier, présent à Abu Gosh depuis 40 ans, nous en a retracé l’histoire dans un discours clair, émaillé d’anecdotes plaisantes, qui nous ont fait regretter l’obligation de respecter le timing. Regret de courte durée car nous sommes entrés dans leur superbe église romane pour célébrer l’Eucharistie. Moment toujours intense de recueillement pour nous tous.
Au long des jours, la concélébration de Mgr Rivière avec le jeune prêtre Deo Gratias, portée par les chants choisis et animés par quelques spécialistes aux belles voix, a fait que notre groupe s’est peu à peu soudé et nos chants et prières ne formaient plus qu’une seule voix.

                                              TS2017 ABOU GOSH1     TS2017 ABOU GOSH2


A Notre-Dame de l’Alliance, toute proche, des Bénédictines nous ont accueillis dans un bel espace pour le repas.

TS2017 NDALLIANCE
TS2017 DANS AVION

Puis ce fut le moment des tracasseries de l’aéroport après une séparation émue avec Isaac et Edmond, notre chauffeur et notre guide.
Un souci de réacteur nous cloue au sol pendant 1h45 mais enfin, de deux maux il faut choisir le moindre... 

Quant à la correspondance à Zurich, c’est une autre histoire !
 
 

J’ai toujours entendu dire que personne ne rentre "indemne" de ce pèlerinage et je le crois.
Aucun d’entre nous n’était là par hasard.
Au fil des jours, j’ai vu beaucoup de personnes se transformer imperceptiblement.
De 23 à 91 ans, tous nous avons répondu favorablement à l’appel de chaque nouveau lieu, avec le désir profond de nous en imprégner.

Pour ma part, à l’instant présent, j’en retiens deux choses :
Après avoir entendu différents "sons de cloches" (normal au cours d’un pèlerinage...), au sujet de ce pays martyrisé,
le plus juste me paraît être celui du lumineux Frère Olivier : "La beauté des rencontres et des échanges peut seule éviter d’élever des murs dans les cœurs".
La deuxième est que je ne lirai plus la Bible de la même façon.

Merci à notre évêque de me l’avoir rendue si vivante !

TS2017 GROUPE RECADRE



Lundi 27 février

En nous rendant au temple d’Hérode, nous serpentons dans les ruelles de Jérusalem. Les Juifs vont au travail, les enfants à l’école.
Et nous voilà au-dessus du mur dit "des Lamentations". Nous écoutons des chants religieux juifs.
TS2017 JERUSALEM ESPLANADE1Le Temple d’Hérode le Grand, qui a fait ici de nombreux travaux de construction, a été construit entre 20 et 60 ans av. JC.
Nous passons un contrôle très strict pour accéder à l’esplanade du Temple : sur nous, pas de Bible, aucun objet ou signe religieux chrétien (médailles et croix, livrets de chants, etc.). Un policier a aussi exigé que l’une de nous couvre d’un châle le bas de ses jambes.
La mosquée du Temple est exclusivement réservée aux Musulmans.
Nous nous installons pas très loin de la Porte Dorée pour un moment d’enseignement de notre évêque qui sort alors de sa poche des feuilles où sont écrits... des extraits de la Bible !
Mais, avec la surveillance constante des policiers, notre guide lui demande de les ranger.
A notre gauche, le Mont des Oliviers et la vallée du Cédron, avec les cimetières juif, chrétien et musulman. padding-right: 15px;

TS2017 JERUSALEM ESPLANADE2
  TS2017 JERUSALEM STEANNE

TS2017 JERUSALEM STEANNE2

Avant de quitter l’esplanade nous passons devant des écoles religieuses musulmanes.

Visite de l’église Sainte-Anne, construite par les Croisés dans un coin réservé    aux Français.

                     




Puis voilà le moment du Chemin de Croix que nous suivons le mieux possible car il est situé dans les ruelles grouillant de monde de toutes les nationalités.
Passant par la petite chapelle des Ethiopiens, nous voici maintenant arrivés à l’entrée du Saint-Sépulcre.
Beaucoup d’émotion quand, à l’intérieur du bâtiment, nous découvrons au sommet du Golgotha le trou du rocher où l’on dit que la Croix de Jésus fut dressée.

                                                   TS2017 JERUSALEM GOLGOTHA2              TS2017 JERUSALEM GOLGOTHA1


Nous poursuivons notre chemin puis, après le repas et un moment de temps libre, nous sommes attendus au Patriarcat latin où nous sommes reçus par Mgr Kamal Bathish, évêque auxiliaire. Il est responsable de la gestion pour aider le patriarche Mgr Bathista.
Son enseignement, rempli de bon sens, nous montre les difficultés pour trouver la PAIX dans ce pays.
Sa conclusion : "Nous devons tout faire pour que vive notre communauté chrétienne !"
Avant de nous donner sa bénédiction, il nous demande de prier Marie, "sa mère qui est aussi la nôtre" pour la PAIX.

TS2017 PATRIARCAT

Après l’Eucharistie dans la grande chapelle du Patriarcat, retour à l’hébergement où nous attend un couple franco-israélien (elle est chrétienne, il est juif "laïc") avec leurs deux petits garçons. Lui se dit "constructeur de ponts" entre les peuples de la Terre Sainte pour, encore et toujours, essayer de construire la PAIX. Nous ressentons, malgré les difficultés, que si chacun respecte vraiment l’autre, le projet avance.

TS2017 REPAS

Nous finissons notre belle journée par un repas, dans un restaurant tout proche dont le fondateur a eu le plaisir de régaler nos trois derniers Papes !





Dimanche 26 février

Nous sommes arrivés au Centre des Sœurs Maronites à la tombée de la nuit, nos bagages emmenés par un as du volant sur un des petits tracteurs qui sillonnent la vieille ville.
Arrivée dans un véritable espace de rêve, à deux pas du Saint-Sépulcre !

TS2017 SRS MARONITES2
La soirée de liturgie pascale vécue dans la chapelle des Sœurs nous a recentrés sur le mystère de la Passion de Jésus et de l’éclat invisible de sa Résurrection. "Il est vraiment ressuscité !", avons-nous répété trois fois.

TS2017 CENACLE2Puis la nuit a redonné des forces à toutes et à tous.

Le matin, bon pied bon œil, nous passons la porte de Sion dans les remparts criblés d’impacts de balles.
Quelle chance : nous voilà les premiers à l’entrée du Cénacle ... sauf que le gardien n’était pas au rendez-vous !
Nous en avons profité pour faire notre lectio divina quotidienne : Ac 1, 1-12 où Luc témoigne de la foi
des premières communautés christiano-juives.



Le Cénacle est le théâtre d’un extraordinaire repas pascal où l’on découvre l’importance de la présence des femmes dans la liturgie juive car ce sont elles qui allument les lumières.
Mystère impensable quasi indicible, qui appelle à vivre autrement la charité mutuelle et la grâce d’être avec l’autre.

TS2017 CENACLE1

Passant par les souks, nous voyons les restes du Cardo, rue principale d’Aelia Capitolina qui a remplacé Jérusalem détruite en 139.
Voilà le Saint-Sépulcre... Toute une histoire de démolitions, reconstructions, problème d’entretien, engageant les 6 communautés chrétiennes aux rites différents latin, grec, arménien, copte syrien, éthiopien.

          TS2017 JERUSALEM STSEPULCRE1     TS2017 JERUSALEM STSEPULCRE2     TS2017 JERUSALEM STSEPULCRE3

L’après-midi, visite à Yad Vashem, mémorial de la Shoah, créé en 1953. Trois générations après, la mémoire est toujours très vive.
Nous marchons dans le jardin où figurent plus de 26000 noms de "Justes parmi les nations", dont celui d’Edmond Michelet, grand-père de Mgr Rivière.
Ce fut l’occasion d’un riche moment de partage : "Puisse l’humanité ne plus revivre de telles horreurs !"

           TS2017 Yad Vashem3    TS2017 Yad Vashem2     TS2017 Yad Vashem4

TS2017 JERUSALEM MUR1
A 17h nous étions chez les Sœurs pour un échange avec notre guide Edmond. Habilement avec cartes et détails des faits, il expliqua comment la terre disponible pour les Palestiniens s’est rétrécie, sa gouvernance s’est complexifiée, et comment la relation entre les Juifs et les Palestiniens s’est détériorée un peu plus à chaque guerre, ou révolte.

Le dîner fut, comme tous nos repas, abondant et meublé de nombreuses questions entre nous, de témoignages sur les jours passés et sur l’emploi du temps du lendemain.

Reste encore le temps de se recueillir ¼ d’heure au Kotel (Mur dit des lamentations) où nous avons vu prier des Juifs orthodoxes avec des enfants des Yeshivots (écoles talmudiques ou bibliques)... et d’admirer Jérusalem la nuit depuis la terrasse du centre des sœurs maronites avant d’aller dormir.



                                                    TS2017 JERUSALEM MUR3     TS2017 JERUSALEM MUR2   


TS2017 JERUSALEM NUIT3


Samedi 25 février

Samedi nous quittons la maison des pères de Bétharam à 7h30 pour nous rendre au monastère de l’Emmanuel (Bethléem) où l’une des cinq religieuses qui y vivent nous parle de leur vie quotidienne. Elle-même est française et a dû apprendre l’arabe : "Nous sommes venues prier pour l’unité de l’Eglise".
Célébration de la messe dans leur chapelle, selon le rite grec orthodoxe, avec le prêtre de la paroisse.
Une autre religieuse nous a expliqué ensuite la signification des peintures et icônes de l’église.


      TS2017 MONASTERE EMMANUEL    TS2017 MONASTERE EMMANUEL2  

  TS2017 NDQUIFAITTOMBERLESMURS
Notre Dame qui fait tomber les murs

Puis direction la basilique de la Nativité.
Après une heure d'attente de notre tour (peu de possibilités d’admirer cette basilique car elle est en travaux), nous passons rapidement dans la grotte "vénérer le rocher" et rapidement aussi dans l’église dédiée à Saint Jérôme (trop rapide. Dommage !)

                          TS2017 BETHLEEM GROTTE     TS2017 BETHLEEM GROTTE3     TS2017 BETHLEEM GROTTE2   



TS2017 CHAMPDESBERGERS

Nous reprenons le car, direction le Champ des bergers (Beit Sahour) avec les ruines d’un monastère.

Le Père Evêque nous fait une lecture de Saint Luc.




Repas
L’après-midi, avant de rejoindre Jérusalem, achats "souvenirs" dans un magasin coopérative qui fait vivre une cinquantaine de familles.
De nouveau le car jusqu’au Mont des Oliviers.
Marche vers le sommet (belle vue sur Jérusalem éclairée) et redescente à la nuit.

                                              TS2017 JERUSALEM NUIT       TS2017 JERUSALEM NUIT2

TS2017 SRS MARONITES

Nous reprenons le car qui nous emmène à notre hébergement chez les sœurs maronites dans la vieille ville.
Repas

Veillée dans la chapelle avec évocation de la Passion et de la Résurrection du Christ.

Nuit avec permission de grasse matinée pour dimanche matin : lever à 6h45 !!!


Vendredi 24 février

La journée appartient à ceux qui se lèvent tôt et depuis le début de notre pèlerinage nous nous levons de plus en plus tôt... Mais, comme nous l’a dit Colette : "Célébrer la messe à la basilique de l’Annonciation, ça se mérite !"
C’est donc devant la grotte où Marie a reçu la visite de l’ange que nous commençons notre journée.

                                      TS2017 NAZARETH MESSE     TS2017 NAZARETH BASILIQUE

Puis nous prenons le car, en route vers Bethléem.
Nous en profitons pour apprendre quelques mots d’arabe qu’Edmond notre guide a la patience de nous expliquer.TS2017 PUITS JACOB2
1ère étape à Naplouse, au puits de Jacob : Après la lecture de l’Evangile de Jean, nous descendons nous ressourcer à la crypte, boire de cette eau vive et fraîche que promet Jésus.
"C’est notre 2ème pèlerinage en Terre Sainte et nous nous laissons imprégner par la Parole de Dieu encore plus que la 1ère fois où nous étions accaparées par la surprise, la beauté des lieux, les odeurs. Cette fois, la Parole de Dieu résonne au plus profond de nous."

                                               TS2017 PUITS JACOB


TS2017 SEBAST
2ème étape sur les vestiges de Sebast (capitale de l’ancienne Samarie), où nous faisons la Lectio Divina en méditant l’Evangile de la Samaritaine.

Ces moments où nous nous retrouvons seul face au Seigneur sont le pilier de notre pèlerinage. Le lieu, sur une colline d’oliviers, est magique et porteur avec l’appel à la prière des musulmans en bruit de fond.


     TS2017 SEBAST2

TS2017 CARMEL
Après un bon repas et 2 heures de route, nous voici à Bethléem au carmel du Saint-Enfant-Jésus. Nous sommes accueillis chaleureusement par sœur Anne-Françoise qui nous parle de la bienheureuse Mariam qui se considérait comme "un petit rien de Jésus" mais qui a reçu de nombreuses grâces.


Pour finir cette journée très riche, nous rencontrons le père Raed, ancien curé de Taybé, que Monseigneur connaît bien. Il nous donne un témoignage très dynamique et plein d’humour sur sa vie de "palestinien-arabe-chrétien et prêtre". Il insiste sur le fait que les chrétiens doivent rester en Terre Saine pour que cette terre ne devienne pas un musée ou un lieu de pierres mortes. Il a lui-même mené plusieurs actions pour sensibiliser les gens au besoin de paix qui ne peut pas se faire par les armes et il nous envoie en mission : puisque le pays vit essentiellement du tourisme, il nous demande d’appeler d’autres personnes à venir en pèlerinage et d’être solidaires de cette minorité de chrétiens en priant pour la paix et en témoignant, sans prendre parti, de ce qu’on a vécu.

                                                           TS2017 PERE RAHEB2      TS2017 PERE RAHEB


Nous prenons ensuite notre temps de repos, bien mérité, chez les pères de Bétharam qui nous offrent un bon repas.



Jeudi 23 février

TS2017 MONTBEATITUDES
Nous commençons par le Mont des Béatitudes, lieu très fréquenté : dès 8h45 les bus déversent les foules de touristes-pèlerins en provenance de tous les continents. On veut bien croire notre guide qui nous dit que le tourisme est la première source de revenus de ce pays !
Ce lieu, au sommet d’une colline verdoyante est magnifiquement aménagé : une église octogonale, au milieu d’un jardin planté d’arbres immenses.
Partout on peut lire les béatitudes en anglais ou en latin.
Pour une lectio divina dans le calme, nous nous éloignons un peu du site et nous asseyons dans l’herbe sous un soleil printanier.



Notre prochaine étape est Capharnaüm. Nous parcourons les ruines de cette petite ville de pêcheurs au bord du lac : dans la synagogue nous écoutons des passages d’Evangile localisés en ce lieu. Devant la maison de Pierre (recouverte d’une église moderne en forme de "soucoupe volante" !), nous relisons le récit de la guérison de la belle-mère de Pierre.

TS2017 CAPHARNAUM1    TS2017 CAPHARNAUM3    TS2017 CAPHARNAUM2   


Puis nous embarquons pour la traversée du lac : la tempête n’est pas au rendez-vous, nous nous contentons d’en lire le récit.

TS2017 LAC
TS2017 TABGHA
Sur l’autre rive, nous dégustons le "Poisson de Saint Pierre" dans le restaurant d’un Kibboutz.
Notre Eucharistie quotidienne se déroule à Tabgha, sur le lieu supposé de la multiplication des pains. Un lieu calme nous est réservé pour cela dans un monastère bénédictin, tout au bord du lac, et nous en profitons longuement...

Dans le bus qui nous ramène à Nazareth nous continuons à mieux nous connaître, chacun à son tour prenant le micro pour se présenter et dire ses attentes.



Mercredi 22 février

Après un lever matinal, nous sommes partis en car vers les rives du Jourdain où nous avons vécu un temps de célébration.
Nous avons lu un passage d’Evangile et nous avons renouvelé les promesses de notre baptême, avec nos cierges allumés. Jésus a été baptisé par Jean-Baptiste dans les eaux du Jourdain afin de manifester sa proximité avec l’humanité.

                                                  TS2017 JOURDAIN2      TS2017 JOURDAIN

Nous sommes ensuite retournés vers Jéricho pour monter à pieds jusqu’au monastère orthodoxie sur le Mont de la Quarantaine, lieu où l’on médite plus particulièrement les tentations du Christ au désert. Après l’écoute du texte (Mt 4), le Père Evêque a commenté les trois tentations que Jésus a vécues.

                                         TS2017 MONTQUARANTAINE    TS2017 MONTQUARANTAINE2

Nous avons ensuite repris le car, direction Nazareth.
Après le repas, une visite de la basilique de l’Annonciation nous a permis d’aller nous recueillir devant la maison de la Vierge Marie, la "Grotte sacrée".

                                            TS2017 NAZARETH     TS2017 NAZARETH MAISON VIERGE


L’après-midi s’est poursuivi par une visite de Nazareth : église Saint-Joseph, église de la synagogue (ainsi dénommée car construite sur TS2017 NAZARETH TOMBEAUune très ancienne synagogue) et église Saint-Gabriel avec la fontaine de la Vierge.

Nous avons célébré l’Eucharistie avec les pèlerins du diocèse de Chambéry qui logeaient aussi chez les Sœurs de Nazareth.

Après le dîner, deux sœurs nous ont montré et commenté les fouilles réalisées sous leur maison et nous avons découvert le "Tombeau du Juste".


Merci Seigneur de permettre à chacun de s’approcher un peu plus de Toi, en cheminant sur ces lieux où tu as vécu. 



Mardi 21 février

En ce mardi 21 Février, d’Arad nous "plongeons" vers la mer Morte au plus profond des "Entrailles" de la terre (- 400m au-dessous du niveau de la mer). Choc esthétique, charge émotionnelle à la vue de cette mer dans laquelle durant l’après-midi nous avons expérimenté les vertus de la salinité (ça "plane" pour nous !)


TS2017 MASSADA2TS2017 MASSADALe matin, montée (merci la technique !) au site de Massada, haut lieu symbolique de la résistance israélite, lieu de mémoire. La forteresse construite par Hérode le grand, fait l’objet d’une visite guidée, après que chacun ait pris 20 mn d’oraison individuelle à partir du texte de saint Marc (13, 1-4. 14-23) en réfléchissant :
. A quoi accordons-nous une importance absolue ?
. Où et comment le Seigneur se donne-t-il (pendant les temps de réconciliation avec les autres) ?


A midi, direction Ein Gedi,( la source du chevreau), havre de verdure au milieu de la zone désertique qui borde la mer Morte. En ce lieu, où coule l’Eau Vive, nous serons bercés par le Cantique des Cantiques.

                                            TS2017 EINGEDI     TS2017 EINGEDI2

Sur la route de Jéricho, au cours de l’après-midi, nous ferons une halte prolongée à Qumran, où furent découverts les manuscrits de la mer Morte, en particulier le livre complet du prophète Isaïe. Sans doute l’une des plus grandes découvertes du XXème siècle. C’est aussi le lieu d’un "monastère" d’une communauté d’Esséniens.

TS2017 QUMRAN

Fin de journée à Jéricho, par la célébration de l’Eucharistie dans la seule paroisse de la ville confiée aux Franciscains.

 TS2017 JERICHO

Lundi 20 février

Départ de l'hôtel 7h52.
7mn de retard, une passagère en moins....Miracle de la Terre Sainte: Le "train" s’arrête pour prendre notre retardataire. C'est avec un ban bourguignon déjà bien rodé que nous l’accueillons.
Nous voilà en route pour Tel Beer Sheva. Nous faisons une halte pour une lectio divina au puits d'Abraham à la suite de laquelle nous partons méditer chacun dans un coin de ce site. Premier moment fort du pèlerinage au cours duquel nous prenons conscience de notre présence sur la Terre d'Abraham.

                                      TS2017 PUITS ABRAHAM 2     TS2017 PUITS ABRAHAM

Nous partons ensuite pour Ein Avdat. Très belle balade dans le canyon du désert de Sin où nous nous arrêtons pour célébrer la messe dans ce lieu où jaillit la cascade, symbole de la puissance de Dieu. Elle a été un instant interrompue par le bruit des avions de chasse nous rappelant la façon dont elle peut parfois être vécue par nos frères chrétiens dans des pays proches.


                            TS2017 EINAVDAT        TS2017 EINAVDAT2

    
Le repas qui suit est expédié en 1/2h pour cause de contrainte horaire à l’étape suivante. Celle-ci se trouve à Avdat, lieu d'une forteresse en restauration et d'habitations troglodytes datant du temps des Nabatéens.

                                               TS2017 MASSADA2    TS2017 MASSADA

Le retour à l'hôtel se fait à une heure tout à fait raisonnable, ce qui est apprécié de tous compte tenu de la fatigue déjà accumulée...

 

Samedi et dimanche 19 et 20 février

Enfin le jour tant attendu du départ pour la Terre Sainte était arrivé ! Tout était prêt mais nous passions encore en revue les choses à ne pas oublier...
Dîner tranquille avec nos deux amies pèlerines avant de prendre un temps de repos jusqu’à l’heure du départ....
Et voilà qu’Hélène, venue de Villeurbanne, se rend compte qu’elle a oublié son passeport dans sa photocopieuse ! Celui-ci est indispensable en Israël. En aucun cas une photocopie ne pourrait le remplacer.
Le temps presse... TS2017 PELERINS2 possibilités s’imposent : la première est bien triste : Hélène renonce à son pèlerinage. La deuxième est folle : tenter le tout pour le tout en allant à Villeurbanne récupérer le fameux passeport.
C’est la fraternité qui sera notre force. Dominique, très coopérative, nous a donné le feu vert pour tenter cette folie d’être à l’heure pour le départ à la gare de Mâcon-ville.
Nous avons douté, nous étions prêts à renoncer voyant le temps filer ; nous avons prié... nous avons roulé à vive allure, la tension augmentait... ainsi nous avons expérimenté la joie franciscaine, c’est-à-dire que plus il y a de difficultés, plus il faut les surmonter. La joie de la foi dans le cœur ? Comme saint François d’Assise qui aimait ses frères plus que tout et voulait le meilleur pour eux dans la joie de l’Evangile.
Quel accueil merveilleux quand nous sommes arrivés dans le car avec seulement un petit quart d’heure de retard !
Nous rendons grâce à Dieu pour ses merveilles, pour notre sainte aventure fraternelle !
Et ce n’est pas tout : nous avons appris qu’à Saint-Désert une pèlerine avait oublié sa valise !


TS2017 ACCUEIL EDMOND

A l’aéroport de Tel-Aviv, la cadette du groupe a été retenue par la police qui l’a gardée un certain temps pour l’interroger. Mais notre inquiétude n’a pas duré et tout s’est bien terminé car Marie fait tout bien !
Notre guide Edmond et notre chauffeur Isaac nous ont conduits dans le désert du Néguev pour vivre notre première messe de pèlerinage. La nuit tombait, le froid nous saisissait mais déjà quelque chose de fort nous unissait tous.




                                     TS2017 MESSE DESERT    TS2017 MESSE DESERT 2

 


Quelques réactions ''à chaud''


"Exceptionnel, fervent, chaleureux, convivial !
Communion dans une très grande diversité de personnes..."

"Une "plongée" dans l’Orient et ses contrastes, dans l’histoire étonnante de ce pays. Bible en main, entrer dans la signification des évènements de la vie de Jésus et en méditer la portée pour nous aujourd’hui, et pour l’humanité."

"Je suis allée aux origines de notre foi chrétienne.
Simplicité, émerveillement, bon accompagnement, rencontres de frères en humanité dans leur culture différente..."

"Emotion très forte en embrassant l’étoile dans la grotte de Bethléem : "C’est là le mystère !"
Je n’aurais jamais pensé pouvoir y aller un jour !"

"Grande diversité des participants n’empêchant pas l’unité dans la prière"

"Un guide très agréable, qualifié et attentif à chacun, témoin de la vie quotidienne en Israël, complétant très bien les interventions de notre évêque"

"Des rencontres de personnes remarquables, au service de la paix"

Que les jours et mois à venir soient occasion d’approfondir tout ce que nous avons engrangé !