Familles spirituelles

Un point d'appui précieux et des liens fraternels

Michel et Marie-Odile sont allés à Saint-Jacques-de-Compostelle. Ils avaient envie de faire le point. Revenus à la maison, ils ont décidé de se joindre à un groupe de chrétiens en recherche, une « famille spirituelle », comme on dit aujourd’hui.
Ils avaient l’embarras du choix. En effet, les grands ordres religieux ouvrent aux laïcs des espaces de prière et de formation. Benoît, François, Dominique, Ignace, Thérèse de Jésus, François de Sales et beaucoup d’autres sont des maîtres.Impossible d’énumérer !
Dans notre monde agité, ces « familles », bien animées offrent des points d’appui précieux  et des lieux fraternels.

Qu'est-ce qu'un "oblat"?

D’autres chrétiens, souvent célibataires, veufs ou veuves  demandent davantage. Certains se lient à un monastère par une oblature. Ils demeurent dans le monde, fidèles à leurs obligations diverses, mais, à leur manière, ils font partie de la communauté à laquelle ils se sont liés. Ils y viennent souvent, se rencontrent, échangent, participent à la prière des moines ou des moniales, bénéficient d’un accompagnement. Leur style de vie fait d’eux des oblats séculiers. Certains, sans être pleinement moine ou moniale, revêtent l’habit. Ils se joignent, moyennant des liens plus intimes à la vie des religieux et religieuses. On les appelle oblats réguliers car ils suivent une Règle. Dans les deux cas, le terme « oblat » signifie qu’ils se sont offerts au Seigneur et que cette consécration est reconnue par l’Eglise.

Institut séculier et associations de fidèles

Beaucoup de personnes appartiennent à des « instituts séculiers », vivant ainsi, dans la discrétion et avec des statuts particuliers, une consécration au cœur de la cité.Existent aussi des « associations de fidèles » reconnues par un évêque et, pour certaines, par le pape. Elles proposent un style de vie évangélique et des repères pour le quotidien. Certaines regroupent de très nombreux laïcs, des personnes consacrées, des diacres et des prêtres.

"les familles spirituelles sont toutes "filles" de l'évangile. Cela dit, elles puisent leur originalité dans les intuitions et charismes de leurs fondateurs ou fondatrices.
Certaines ont une très longue histoire. Les tiers ordres associent aux congrégations religieuses des hommes et des femmes qui vivent de leur spiritualité, la plupart dans le "siècle" d'autres plus étroitement. Quant aux fraternités, elles adoptent des formes et des statuts divers . Elles insistent sur une commune manière de lire la Parole, prier, servir la mission et vivre ensemble".

Il est vain de vouloir « classifier ». Retenons que les dons de l’Esprit retentissent sous des formes variées chez les baptisés. C’est une richesse souvent insoupçonnée. Notre diocèse en bénéficie largement et nous en rendons grâces.