Historique des Laïcs en mission écclésiale

L'institution des ...permanents devenus ALP puis LEME

1972 : Un conseil presbytéral traite de la « participation des laïcs » à la mission de l'Eglise.

Des permanents en fonction dans la catéchèse (religieuses principalement), quelques catéchistes professionnelles qui se sont présentées d'elles-mêmes, et quelques candidat(e)s laïcs qui cherchent une place de permanent(e).
Les secteurs géographiques et les services diocésains sont demandeurs. Pas de convention passée avec les religieuses et la question se pose des contrats de travail pour les laïcs.
Les premières lettres de mission sont rédigées pour les nouveaux candidats.

Le 19 décembre 1980 : Le Conseil épiscopal décide de la création d'une commission diocésaine des permanents ecclésiaux.

Elle est chargée de suivre et de promouvoir tout ce qui concerne les permanents. Elle a mission de veiller aux liens organiques à établir avec les prêtres, les communautés et les services d'Eglise.
Elle est constituée d'un délégué de l'évêque : Père Lucien Ray, de représentants des permanents laïcs et religieux, de responsables des services et mouvements diocésains, de membres de l'Association diocésaine, de délégués du Conseil presbytéral et du représentant de l'évêque auprès des religieuses. Ces membres sont nommés par l'évêque et son conseil, pour 3 ans.           

De 1980 à 1985 : reconnaître par une lettre de mission

Même s'il est souhaité de promouvoir l'avenir de permanent(e) pour le service de la mission de l'Eglise et non pour remplacer les prêtres, la diminution de ceux-ci fait croître le nombre de demandes ; celles-ci sont traitées à partir de normes fixées par le diocèse.
On passe d'une mission souvent mal définie à une mission définie et reconnue par une lettre de mission de l'évêque.
On passe du bénévolat au salariat sans référence précise à un contrat de travail pour les laïcs à un salaire normalisé selon les règles de la grille de salaire des personnels d'Eglise de France.

De 1986 et 1990 : Création d'un service dédié

Sont délégués de l'évêque le P. Gérard Godot en lien avec le P. L. Ray, puis en 1989 le P. Georges Dufour.
L'arrivée de candidats jeunes amène la commission à proposer une année probatoire avant un engagement de 3 ans
Le 24 avril 1990, Mgr Raymond Séguy décide que la « commission des permanents en pastorale » devient « Service diocésain des permanents ecclésiaux ». Décision promulguée en 1991. Les statuts de décembre 1980 gardent toute leur valeur.

1991-1994: Des structures nouvelles sont devenues nécessaires.

Après reconnaissance officielle, des précisions sont ajoutées aux statuts : ce service diocésain se tiendra au courant de toutes les questions concernant les permanents laïcs, tant au niveau diocésain que régional ou national.
Le service est relié au diocèse en choisissant parmi eux un délégué qui rencontrera habituellement les autres services. Le service organise au nom du diocèse une réunion annuelle des permanents ecclésiaux pour traiter des problèmes qui leur sont propres.
Ce service assumera les fonctions : examen des candidatures des futurs permanents, promotion et évaluation de la formation de ceux-ci, suivi de l'évolution des missions, suivi de la budgétisation et de l'évolution des missions.
Pour la mission des permanents, un discernement et des procédures d'accès sont mis en place, de même que pour l'établissement du dossier. La durée du mandat est précisée : 1 année probatoire, et un mandat de 3 ans renouvelable, durée qui figure dans la lettre de mission.

1992, le service compte : 39 permanents ecclésiaux : 16 religieuses, 2 hommes et 21 femmes laïcs :
Avec l'évolution, se pose la question d'un point de vue juridique sur les charges et offices confiés à des laïcs : Droit civil – droit canon ; contrat de travail – lettre de mission. Quelles articulations ? Nécessité de statuts.
  • 18 sont en pastorale globale, 10 au service DER (Direction de l'Enseignement Religieux), 5 en AEP (Aumônerie de l'Enseignement Public), et 6 autres.
  • 22 ont un plein temps (dont 7 religieuses) et 16 un mi-temps
  • 25 ont une lettre de mission, 9 sont en année probatoire
  • 6 sont bénévoles, 22 en convention versée à des religieuses, et 5 salariés à l'indice 160, et 6 au SMIC (années probatoires)
1994 : Souhait d'une journée de ressourcement différente de la rencontre annuelle des permanents, ainsi que de « faire corps » pour être en communion ; avec le premier bulletin annuel de liaison : CEP : Contact Entre Permanents, en novembre.

1995, le diocèse compte : 48 permanents ecclésiaux :
6 hommes et 41 femmes dont 16 religieuses, 15 mariées et 10 célibataires. La plus jeune a 30 ans et les deux plus âgées ont 65 ans. Tous sont salariés.
Les missions exercées sont variées :
  • DER 14 dont 1 resp. service diocésain ;
  • Santé : 3 dont 1 resp. service diocésain ;
  • AEP : 5 ;
  • SDV : 2 ;
  • Pastorale globale : 14 ;
  • Nicodème (Le Creusot) : 1 ;
  • Chrétiens médias : 2 ;
  • Mouvements (ACE, MI et ACE/MO) : 2 ;
  • mission étudiante : 1 ;
  • formation permanente : 1 ;
  • en formation IPER : 1
Les responsabilités confiées sont assez étendues : doyenné ou service.
De nouvelles pistes se font jour : les « pauvretés-solidarités », l'accueil et l'écoute de jeunes en difficulté ; l'accueil et l'écoute pour les couples demandeurs de baptême, personnes en situation catéchuménale, recommençants...
-  Structuration pour les APS, Animateur en Pastorale Scolaire
- La formation professionnelle continue du personnel laïc salarié de l'Eglise.
- Création en 1994, et adhésion à l'OPCA : Organismes Paritaires Collecteurs Agréés, pour la collecte et la gestion des fonds de formation.

1996 : L'appellation de « permanent » devient « Animateur Laïc en Pastorale ». (ALP)

  Deux représentants des ALP sont élus pour participer l'un au Conseil Diocésain de Pastorale récemment créé par l'évêque : Françoise Prost, et l'autre au conseil presbytéral : Sylvie Hanser.
  Les ALP se retrouvent pour une journée de récollection en plus de la journée diocésaine
  Avec le service diocésain des ALP, un bureau diocésain des ALP est constitué pour préparer et animer la journée diocésaine, organiser la récollection annuelle et le bulletin de liaison. Il est composé de Sr Yvette Creuzenet, Didier Daurelle, Sylvie Hanser, Brigitte Lécuelle, Monique Markt

1997- 2007 : Vers une convention collective

 1997 : Une équipe pour l'élaboration de statuts se met en place. Travail de trois ans qui n'aboutira pas !
Définition d'une procédure à suivre pour établir un dossier, l'étudier, rédiger les documents, puis décider de l'admission du candidat.
Le « livret vert » de juin 1997 du secrétariat général de l'épiscopat sur les « laïcs chargés d'une mission dans l'Eglise » sert de base à l'évolution des offices et des charges dans le diocèse.     

1998 : Les membres du bureau : sr Elisabeth Drzewiecki, Geneviève Gaillot, Sylvie Hanser, Monique Markt et Anne Perrot.
Cette année, 10 nouveaux ALP sont envoyés sur le diocèse pour des missions très diversifiées : mission étudiante, Horizon 2000, la communication, la radio diocésaine.

1999 : 54 personnes missionnées :
26 en catéchèse ; 10 en AEP ; 5 en Pastorale de la Santé ; 13 en missions diocésaines.
Françoise Minois est déléguée au Conseil Diocésain de la Pastorale, Catherine Montchovet au Conseil Presbytéral et Geneviève Gaillot à la région apostolique Centre-Est.
P. Pierre Dessendre est le nouveau délégué de l'évêque pour le service des ALP et le bureau, à la place du P. Georges Dufour.
Les membres du service diocésain sont : Pierre Dessendre, Jacques Lamborot économe, Paul Vermenot diacre, Sr Christiane Catrice et Sylvie Hanser pour le bureau, le Conseil Presbytéral et le groupe régional.

2000 : Un journée supplémentaire : une journée conviviale pour les ALP est proposée.
Les membres du bureau sont : Geneviève Gaillot, Sr Dirce Moro, Odile Maudrich, Anne Perrot, Anne-Marie Rebouillat, Maryse Rodot.
Le « CEP » devient « échos des a.l.p. »
Le conseil épiscopal débat de la question Service et bureau des ALP en présence du Père Pierre Dessendre. L'évêque accepte qu'une personne soit déléguée du bureau pour faire le lien au service, en cas de besoin.

2001 : Elaboration d'une grille de relecture de mission

2002 : Les membres du bureau sont : Christine Clerc, Nicole de Champeaux, Brigitte Foret, Brigitte Lagoutte, Odile Maudrich, Sr Dirce Moro et P. Pierre Dessendre
L'association diocésaine met en place les 35h, une grille horaire mensuelle, une nouvelle organisation des employeurs et répartition des animateurs laïcs.

2005 :   ALP devient « Laïc en mission Ecclésiale » (LEME)
Le vicaire général, P. Georges Auduc qui depuis le début de sa responsabilité suivait les ALP puis les LEME, intègre le service diocésain.

2007 :Les membres du bureau sont : Chantal Assemat, Violaine Bourmault, Anne-Marie Goux, Gisèle Parize, Fabienne Rosel

2009 : Regroupement en une seule structure employeur de tout le personnel, dont les LEME
 Janvier 2009 : élection de délégués du personnel. Sont élus : Catherine Voirin et Martine Loctin, et en suppléance : Stéphanie Perreaut et René Ikken.

Mai 2009 : signature par l'évêque et les délégués du personnel de la Convention collective des salariés de l'Association Diocésaine d'Autun.

2012 : Les membres du service des LEME sont : P. Pierre Dessendre, délégué de l'évêque, Agathe Pajor, secrétaire, Fabienne Rosel et Maryse Rodot, et le vicaire général : P. André Guimet.
Les membres du bureau sont : P. Pierre Dessendre, Anne Bissardon, Odile Michon, Laurence Lyonne, Françoise Luc et Gabrielle Carni.
 Le diocèse compte 65 LEME : 4 hommes, 61 femmes dont 6 religieuses. 1 femme est en congé parental. 7 sont bénévoles ; 17 sont salariés par un hôpital, 1 est en année probatoire pour formation.

2014 :  62 LEME : 5 hommes, 57 femmes dont 3 sont des religieuses.
33 LME sont salariés par le diocèse; 17 LME sont bénévoles, à qui le diocèse rembourse les frais de mission; 12 LME sont payés par les hôpitaux