Evénements passés ou à venir

Taizé

Le mercredi 3 mai, en partenariat avec les animateurs de l'hôtel Dieu de Cluny et celui de Mâcon, Marie-Claire Ménager, aumônier de ces 2 établissements a emmené des résidents à Taizé. Ce fut un moment chaleureux et plein de bienveillance pour nous tous : les frères nous ont accueillis comme des rois !

1705wk6839bur


Aumônerie d'Autun : envoi en mission d'Imelda

Depuis plusieurs mois, je réfléchissais à visiter des malades à l’hôpital. Lorsque j’en ai parlé à l’Aumônier, Caroline, celle-ci m’a proposé de faire un essai. C’est avec joie que j’ai accepté. En effet, visiter les personnes en souffrance, les écouter me réjouissait ! Pourtant, ça n’a pas été facile. J’ai pris mon temps pour m’investir pleinement car l’écoute, voire l’accompagnement ne va pas de soi.


Je visite des malades dont la plupart, sont atteints de la maladie d’Alzheimer. Autant dire que la posture est compliquée. C’est pourquoi j’ai pris ce temps. Et quand j’ai été prête, Caroline m’a proposé un envoi en mission. J’ai alors pris conscience que l’accompagnement des malades fait au nom de l’Eglise, au nom de Dieu était très important. La bénédiction du prêtre lors de la messe, m’a fait réaliser pleinement qu’en consacrant du temps aux personnes fragilisées, donner la communion, c’est apporter l’amour de Jésus. C’est comme si le Seigneur m’envoyait personnellement auprès de ces personnes pour qu’Il puisse se livrer à elles. J’ai été très émue.

L’envoi en mission me rappelle qu’il suffit juste parfois d’être présent, de donner du temps, de faire des gestes tendres en livrant tout l’amour que nous pouvons donner. Apporter la communion, c’est aussi permettre à Jésus d’apporter sa paix. C’est permettre aux personnes de s’exprimer humainement, de s’adresser à Dieu et d’avoir confiance.

Quand je constate cela, je me dis quelle joie, quelle émotion d’être un vecteur de l’Amour.

L’Aumônier nous accompagne et nous aide à exprimer ce qui peut être bon pour les malades. Elle nous aide aussi à exprimer ce que nous pouvons ressentir. C’est toujours pour le bien être des personnes, au nom de Jésus.

Ainsi, cet envoi en mission a été pour moi une étape essentielle dans la manière d’appréhender la visite d’hôpital. Cela a éveillé en moi l’importance dans la façon d’agir auprès des malades et la conscience qu’une fois ce choix fait de vouloir visiter les malades, ce n’est pas pour soi mais pour l’autre au nom de l’Eglise et pour Jésus.



Devenir disciples missionnaires en Jésus Christ dans le cadre de la pastorale de la santé
" Humaniser le monde en aimant le monde"

Le 9 novembre 2016, à l’invitation du service diocésain de la Pastorale de la Santé, 180 visiteurs de malades en établissement de santé ou à domicile ont fait le déplacement jusqu’à la salle municipale des Rocheriaux à saint Désert pour une formation sur « devenir disciples missionnaires dans le cadre de la Pastorale de la Santé » avec Mme Gwennola RIMBAUT, théologienne, ancienne enseignante à l’université catholique d’Angers.

Mais avant tout, nous nous sommes tournés vers celui qui est au centre de notre mission, le Christ, en écoutant l’évangile de Luc 10, 1-9.17-20 : l’envoi en mission deux par deux.

Pour illustrer le thème, fil conducteur de l’après-midi, il a semblé nécessaire de s’appuyer sur des témoignages de visiteurs et d’un prêtre accompagnateur d’une équipe d’aumônerie hospitalière. Comment chacun a pu prendre conscience de l’aspect ecclésial de sa mission ? Pourquoi se sont-ils engagés, comment ils vivent ce service, qu’est-ce qui les aide, quel cheminement spirituel ? Un témoin dit : « J’ai eu des successions d’appel jusqu’à ce que je sache que c’était là que le Christ voulait m’envoyer ».

Mme Gwennola RIMBAUT nous partage sa vision de l’expression « Devenir disciples missionnaires en Jésus-Christ », ce que chacun vit régulièrement lorsqu’il visite des malades.

Le verbe « devenir » nous indique qu’il y a un cheminement à vivre... Nous avons le désir de chercher Dieu et le désir d’être proches des personnes. Nous avons à devenir des cœurs aimants. Et pour ce faire nous sommes « disciples » du Christ qui lui-même est attaché à son Père. Le disciple met Jésus au centre de sa vie. Et comme chrétien, notre « mission » s’inscrit dans la mission de Jésus Christ, l’envoyé du Père. Elle concerne tous les baptisés sans exception : nous avons à révéler l’amour de Dieu pour le monde en étant nous-mêmes porteurs de cet amour. Nous devenons disciples missionnaires en Jésus Christ. Le « en » est important. Nous avons pu être appelés par tel ou tel mais nous ne sommes pas leur disciple. Notre ciment c’est Jésus Christ. C’est lui qui nous permet de vivre l’unité ecclésiale dans la mission alors que nos différences peuvent être source de tensions douloureuses.

Est-ce que le monde peut se reconnaître aimé de Dieu dans ce que nous faisons ? Et en particulier les plus fragiles parmi les fragiles que nous visitons ?

Puis Gwennola nous a donné quelques conditions et repères pour vivre la mission en pastorale de la santé : le discernement lors de l’appel, le temps de stage, la vie en équipe en tant que cellule d’Eglise, la formation initiale et continue, la relecture pastorale.

En fin d’après-midi, le Père René AUCOURT, Délégué de l’évêque pour la Pastorale de la Santé, a envoyé chacun en mission là où il est, en reprenant quelques paroles fortes entendues dans l’après-midi :

Devenez disciples dans la progression et l’humilité.
Soyez à l’écoute des appels du Seigneur, des appels du monde.
Répondez par votre action concrète.
Restez toujours dans ce devenir permanent.
Soyez disponibles à l’Esprit Saint.
Discernez, vérifiez sa présence. Relisez votre expérience. Ecoutez sa Parole.
Reconnaissez que vous êtes appelés.
Soyez attachés au Christ. Suivez-le.
Mettez-le au centre de votre vie.
Portez avec le Christ jusqu’au don de sa vie.
Vivez la compassion active avec le Christ.
Ecoutez avec lui la souffrance de l’autre.
Soyez missionnaires avec le Christ en mission.
Essayez par toute votre vie de rayonner la vie du Christ, l’amour miséricordieux du Père.
Allez à la rencontre les mains nues.
Vivez la mission unique du Christ.
N’oubliez pas votre appel à la sainteté pour humaniser le monde, en aimant le monde.
Vivez la mission dans la diversité des tâches.
Demeurez unis au Christ qui habite en vous.
N’oubliez jamais, vérifiez, que tout homme et les plus fragiles en particulier, se reconnaissent aimés de Dieu dans ce que vous faites.
Devenez ensemble, en Eglise, disciples missionnaires en Jésus Christ.