Le glas dans les Eglises à 15h00 aujourd'hui


Après l’attentat de Nice

LE GLAS DANS LES EGLISES A 15H AUJOURD’HUI

Monseigneur Benoît RIVIERE, évêque d’Autun, demande, avec la Conférence des Evêques de France, que partout où cela sera possible, le glas des églises de Saône-et-Loire sonne aujourd’hui à 15h. Les catholiques sont invités à prier pour les personnes victimes.

Paris, le 29 octobre 2020
ATTENTAT DE NICE
MALGRÉ LA DOULEUR, FAIRE FACE A CETTE MENACE TRAITRE ET AVEUGLE
Les meurtres perpétrés ce matin à Nice dans la Basilique Notre-Dame plonge la Conférence des évêques de France dans une immense tristesse. Nos pensées et nos prières vont aux personnes victimes, aux personnes blessées, à leur famille et à leurs proches. C’est parce qu’elles se trouvaient dans la Basilique que ces personnes ont été attaquées, assassinées. Elles représentaient un symbole à abattre.
Ces assassinats nous rappellent le martyre du Père Jacques Hamel. A travers ces actes horribles, c’est tout notre pays qui est touché. Ce terrorisme vise à installer l’angoisse dans toute notre société. Il est urgent que cette gangrène soit stoppée comme il est urgent que nous retrouvions l’indispensable fraternité qui nous tiendra tous debout face à ces menaces.
Malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur et, avec toute la nation, veulent faire face à cette menace traître et aveugle.
Partout où cela sera possible, le glas des églises de France sonnera aujourd’hui à 15h. Les catholiques seront invités à une prière pour les personnes victimes.



LOGO EVQUE

Communiqué de Monseigneur Benoît RIVIERE, évêque d’Autun
A propos de la Fête de la Toussaint

Je fais part aux prêtres et aux diacres, ainsi qu’à l’ensemble des diocésains, du message du Conseil Permanent de la Conférence des Evêques de France reçu ce matin 29 octobre.

Nous irons dans le sens d’une loyale participation à l’effort actuel demandé à notre pays.

Bien évidemment, j’encourage les paroisses et les communautés à faire le maximum pour que les célébrations de ce dimanche 1er novembre, Solennité de la Toussaint, se déroulent dans le respect des normes sanitaires.

Ensuite, durant la période du nouveau « confinement », je demande que les églises et chapelles demeurent ouvertes partout où elles le sont habituellement.

Je vous souhaite de tout cœur la force joyeuse de l’Esprit de Toussaint.

+ Benoît RIVIERE

Message de Pâques et méditations, Autun 12 avril 2020

Message de Pâques, Autun, le 12 avril 2020

Autun, pour le dimanche de Pâques12 avril 2020
Message de Pâques de Monseigneur Benoît RIVIERE, évêque d’Autun
Aux habitants de Saône-et-Loire


La fête de Pâques prépare nos jours de demain !
Comment la fête de Pâques peut-elle être cette année une fête de retrouvailles familiales ? A quoi la foi chrétienne invite-t-elle ? Les catholiques vivent les célébrations de la Semaine Sainte dans leurs maisons. Beaucoup se retrouvent dans l’amour mutuel, se le disent et le redisent par téléphone, par écrans. Le Christ ressuscité n’est pas enfermé, il sort. Il transmet, sans aucun masque, son vivifiant souffle d’amour. Jésus, dans une solidarité bouleversante avec tous les hommes, est plus que jamais vivant !
C’est Pâques aujourd’hui ! C’est Pâques partout où l’homme ouvre son coeur à plus grand que lui-même ! En effet, entendre que la mort est vaincue par la croix, que la peur cède la place à la confiance, que la joie perdure plus profonde que la tristesse, c’est communier à Pâques. Le Christ ressuscité entre désormais dans nos lieux habituels, mieux, il les change en lieux inhabituels, je veux dire, en lieux où vient surgir sa joie !
Pâques nous rapproche les uns des autres
Dans l’humble tissu de nos conversations et de nos silences, il est le Vivant qui vivifie ! Il est la Parole qui fait entrer dans le pardon et dans la fête. Il est le présent éternel devenu homme, complètement et pour toujours. Il est celui en qui le mal trouve son point d’arrêt, mieux encore, celui en qui le mal est vaincu. En ce temps tellement inhabituel, Pâques nous rapproche étonnamment les uns des autres, dans une nouvelle conscience de la fragilité de notre commune humanité, humanité traversée par le grand désir de communiquer et d’aimer.
La lutte contre le coronavirus est notre challenge commun. Je rends hommage aux personnes des premières lignes face à la pandémie. J’assure de ma profonde reconnaissance les soignants de notre département, de notre région particulièrement touchée. L’union de l’Eglise avec les
personnes malades, est manifestée par la quotidienne proximité des aumôniers d’hôpitaux, d’EHPAD, de résidences de retraites. Elle jaillit aussi de la prière des croyants dont la force, toute invisible qu’elle puisse être, est réelle. Je veux exprimer particulièrement ma pensée personnelle d’évêque envers chaque famille endeuillée : qu’aucune larme ne tombe isolée au sol, mais qu’elle soit recueillie dans la paume ouverte de la Vierge Marie, puis transformée au creux de son coeur de consolation si uni à celui du Christ.
Espérance et fraternité
Notre confinement obligé et collectif est invitation à vivre dans le calme, la discrétion, l’amour du prochain. En cela, il marque cette période d’un contexte paradoxalement « pascal ». L’espérance et la fraternité sont les mots que je souligne et veux redire à tous les habitants de Saône-et-Loire. La fraternité ne se décrète pas. Elle ne fera jamais l’objet d’une loi ou d’un règlement. Elle vient spontanément : alors, cultivons-là ! Une charité inventive nous pousse à « sortir » par tous les moyens.
L’espérance, c’est que « la France n’est pas que pauvre et fatiguée », comme le disait mon grand-père Edmond Michelet au sortir de la seconde guerre mondiale. Je crois que la France peut se révéler à nouveau à elle-même en cette période difficile. Comme pour Edmond Michelet, se retrouver en nation, c’est redevenir « hommes et femmes de l’initiative et de toutes les réconciliations », déjà maintenant et pour l’après-confinement. Les habitants de Saône-et-Loire ont toujours été courageux, souvent unis, portés par une histoire commune, que je rattache aux premiers temps de l’Eglise.
Pâques pour mieux vivre demain
Oui, cette année, ce jour de Pâques est difficile. Mais le jour de Pâques est tous les ans un jour spécial. Il prépare les jours suivants, nos jours de demain. « Chaque jour pousse l’autre », disait un ancien en temps d’épreuve. Pâques pousse l’année entière. Les chrétiens, en cette fête essentielle, se situent spirituellement déjà dans l’attente de ce qui viendra. J’invite chacun et chacune à vivre dès maintenant la joie de la résurrection promise, des joies à venir offertes à tout homme et femme. Ainsi par exemple, en joyeuse espérance, les futurs baptisés, les futurs mariés chrétiens, les futurs premiers communiants sont-ils conviés à vivre un peu plus longtemps leurs « fiançailles ».
Pâques nous trouve, cette année plus que jamais, mendiants de printemps et de lumière, mendiants de vérité et de paix. Pâques nous plonge dans la gratitude : envers l’auteur de la vie, envers les soignantes et les soignants, partout où la maladie abime et fait mourir. Pâques donne de dire très concrètement : oui, le Christ est vraiment ressuscité, et par sa croix, il a vaincu la mort et la peur ! Il nous attire dans le parfum de sa joie. Avec la nature en bourgeonnement, avec les vivants de toutes espèces, nous crions : « Auteur de la vie, gloire à Toi ! »
Bonne fête de Pâques ! Beaux jours pour demain !

+ Benoît RIVIERE

Communiqué, Autun, le 31 mars 2020

Autun, le 31 mars 2020
Communiqué
Vivre la Semaine Sainte en Saône-et-Loire

Depuis chez soi !
Coeur de l’année liturgique pour les chrétiens
, la fête de Pâques sera célébrée à la date prévue, le dimanche 12 avril prochain. Toutes les paroisses du diocèse et tous les chrétiens sont donc appelés à vivre cette Semaine jusqu’à la grande fête de Pâques.
Dans les maisons particulières, que l’on soit seul ou à plusieurs, et selon les modalités de confinement spécifiques à chacun, les familles pourront célébrer à domicile les jours saints. La Semaine Sainte commence le 5 avril avec la fête des Rameaux. Ainsi, même si on ne peut se retrouver ni se réunir dans une église, il est possible d’être unis dans la prière, dans la communion spirituelle, entre frères et soeurs en Christ et de vivre chez soi des célébrations liturgiques.
Monseigneur Benoît RIVIERE, comme il l’a indiqué depuis la mise en place du confinement, soutient et encourage les initiatives de chacune des paroisses du diocèse d’Autun. Avec leurs curés et les équipes de prêtres et de diacres, elles rendent vivaces ces liens spirituels et fraternels, via des vidéos, la diffusion en direct des messes ou chapelets, la mise en ligne de textes d’homélies, de méditations, des contacts téléphoniques ou envois réguliers de mails, des rencontres par visioconférences.
- Durant la Semaine Sainte
- Monseigneur Rivière donnera en vidéo sur le site diocésain une méditation quotidienne. Il présidera des célébrations filmées, concélébrées avec les prêtres vivant à Autun. Les personnes qui le souhaitent pourront s’y associer en les visionnant en direct depuis le site du diocèse ( http://autun.catholique.fr/) ou sa page Facebook.
- Dimanche 5 avril, fête des Rameaux
- Messe filmée à 9h
- A la maison, chacun se munit d’un rameau, quelqu’un porte une croix ou un crucifix. Monseigneur Rivière, via les écrans, bénira les Rameaux.
- Au début de chaque célébration, chacun fait sur soi le signe de la croix.
- La messe chrismale
- Elle est reportée après la période de confinement et prévue le samedi 16 mai 2020 à 10h à la cathédrale d’Autun.
- Ce sera pour les catholiques de Saône-et-Loire une magnifique occasion de se donner rendez-vous et de se retrouver en diocèse autour de notre évêque, des prêtres, des diacres et de leurs épouses, des séminaristes, des consacrés.
- Jeudi 9 avril, Jeudi Saint
- Célébration filmée de la Cène à 18h
- A la maison, on prépare une jolie table de fête, en disposant une bougie, une icône et des fleurs. Après la célébration, on partage un bon dîner en famille.
- Vendredi 10 avril, Vendredi Saint
- Célébration filmée de l’office de la croix à 16h30
- Pour vivre la passion du Seigneur à la maison, un membre de la famille tient le crucifix utilisé lors du dimanche des Rameaux, devant lequel chacun vient s’incliner.
- Samedi 11 avril, Samedi Saint
- Célébration filmée de la Vigile Pascale à 22h
- On place une icône ou une image de la résurrection, puis on ouvre son missel pour renouveler les promesses de son baptême.
- Dimanche 12 avril, grande fête de la joie de Pâques
- Messe filmée à 9h
- Si on dispose d’une cloche, on peut la sonner lorsque les cloches de l’église sonnent. On s’unit à domicile à la joie du Ressuscité, on chante, on applaudit !
- Accueillir le pardon de Dieu
- La miséricorde du Seigneur est toujours offerte à toute personne dont le coeur est disposé à recevoir ce don immense, et, tout particulièrement en cette période de Pâques, sommet de la vie chrétienne. En s’unissant spirituellement dans la prière, ce temps de confinement peut être vécu comme un appel à un travail intérieur pour changer sa façon de vivre.

- Pour une écoute liée à la maladie
- Il est toujours possible, même durant cette période de confinement, de solliciter la présence d’un prêtre auprès d’un malade hospitalisé.
- L’équipe des aumôniers d’hôpitaux de Saône-et-Loire, toujours mobilisée en proximité des personnes malades, de leurs familles et des soignants, met en place une permanence d’écoute par grande zone.
- Charolais-Brionnais : 06 17 62 57 87 du lundi au jeudi de 9h à 12h et de 14h à 17h
- Mâcon-Mâconnais : 06 13 41 15 72 du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17 h ou 06 15 18 51 84 le mardi de 15h à 20h et le mercredi de 9h à 13h
- Autun-Le Creusot-Montceau-les-Mines : 06 29 67 19 62 du lundi au vendredi de 9h à 12h
- Chalon-Chalonnais : 06 29 81 13 39 mardi, jeudi et vendredi de 9h à 12h et de 15h à 19h
- Il est aussi possible d’écrire, ou de confier une intention de prière en écrivant à l’adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

+Monseigeur RIVIERE

Communiqué, Autun, le 17 mars 2020

Autun, le 17 mars 2020, En la fête de Saint Patrick,
Communiqué de Monseigneur Benoit RIVIERE, évêque d’Autun
Dans le contexte de la pandémie du Covid 19

Avec l’entrée de notre pays dans une nouvelle phase de lutte contre le Covid 19, conformément à ce qui a été annoncé hier soir par le président de la République, et après avoir reçu aujourd’hui une lettre du président de la Conférence des Évêques de France, voici ce que je recommande à l’attention de tous dans notre diocèse.
Nous devons absolument modifier radicalement, vous le savez, de nombreux comportements afin d’éviter la propagation du virus je n’insiste pas sur ces nouvelles mesures et contraintes sanitaires. Je suis personnellement touché et encouragé par les multiples délicatesses qui vont dans ce sens.
Par exemple, j’admire la façon dont chacun se soucie des autres et adapte son travail en fonction du bien commun, notamment en se concertant, et s’adaptant grâce aux moyens du numérique.
Vivre la prière et les sacrements
Les églises continuent actuellement d’être ouvertes pour la prière personnelle. Aucune messe dominicale, de semaine, de funérailles, avec une assemblée, de quelque taille que ce soit, ne doit être célébrée. Cependant, les funérailles peuvent y être célébrées sans eucharistie et avec un nombre de personnes inférieur à vingt. Une absoute sera possible directement au cimetière ou au crématorium. Je souhaite que des célébrations eucharistiques pour les défunts soient prévues dès la fin des mesures en cours.
Baptêmes, mariages, confirmations, professions de foi, premières communions, sont à reporter. A l’intérieur des monastères l’eucharistie sera célébrée autant que possible, il convient impérativement que ce soit sans aucune personne étrangère à la communauté. Le sacrement de la réconciliation doit se célébrer dans des lieux qui permettent un mètre de distance et de ne pas se tenir face à face.
Nous voulons rester unis aux personnes âgées, malades, isolées. En cas de nécessité la visite à ces personnes peut se faire mais dans le respect des gestes barrières on ; se munira pour ce faire de l’attestation de d éplacement dérogatoire Les visites et les célébrations dans les EHPAD, maisons de retraite et au centre pénitentiaire sont suspendues.
En diocèse, gardons le contact :
L’accueil téléphonique de l’évêché est maintenu du lundi au vendredi de 9h à midi et de 14h à 18h.
L’accueil téléphonique de la Maison diocésaine est maintenu du lundi au vendredi de 9h à midi et de 14h à 17h.
Dès cette semaine, le site internet diocésain (http://autun.catholique.fr/), relayé par sa page Facebook, et son fil Twitter permettront de garder le lien entre nous. Le site proposera des rendez-vous hebdomadaires réguliers. A la manière des écoliers qui vivent « l’école à la maison », ces propositions à vivre en famille seront créées spécialement par des forces vives du diocèse. Elles seront donc « made in Saône-et-Loire », conçues au plus près des équipes locales.
Ainsi, le service diocésain de la catéchèse et de l’éveil à la foi, celui de l’aumônerie des collèges et des lycées, et d’autres services, travaillent des vidéos, des pistes de prière, découvertes et parcours bibliques, ateliers pratiques à réaliser chez soi. Ces parcours inédits mis en ligne s’inscrivent naturellement dans notre grande marche vers Pâques. Ils ne remplacent pas, bien sûr, le contact direct, mais manifestent à leur façon que la vie catéchétique se poursuit, de même que la préparation aux sacrements et surtout, qu’il est possible de grandir dans la foi en toutes circonstances.
Les rendez-vous sur le site du diocèse
Lundi
Je m’adresserai à vous pour commencer la semaine
Mercredi
Une séance de catéchèse à la maison
Vendredi
Le défi du vendredi avec les jeunes de l’aumônerie
Pour les enfants le dimanche
Le site donnera régulièrement des informations sur les événements qui pourront être programmés ou reprogrammés, en particulier touchant les liturgies de la Semaine Sainte. L’annuaire diocésain en ligne permet à chacun de connaître l’adresse mail ou le numéro de téléphone d’un frère ou d’une soeur dans la mission en Saône-et-Loire. Les paroisses déploient par ailleurs une ingéniosité incroyable pour rendre accessibles les messes via des vidéos, des prières, de quoi nourrir la communion spirituelle entre tous !

Au-delà des chiffres de la pandémie,, les malades ont aujourd’hui des visages proches de nous, parfois même nous les connaissons. Je vous invite, en ces temps d’épreuve, à vous tourner vers la Vierge Marie là où vous êtes, à l’écoute des cloches de nos églises et ,chapelles, pour la prière si essentielle de l’Angélus.

+ Benoît RIVIERE

Communiqué, Autun, le 14 mars 2020

Autun, le 14 mars 2020
Communiqué de Monseigneur Benoît RIVIERE, évêque d’Autun
Au sujet de la pandémie de Covid-19

Notre pays vit une épreuve exceptionnelle et inédite. Suite aux décisions des autorités sanitaires et du gouvernement, l’Eglise prend sa part de la solidarité nationale pour la protection de tous.
En Saône-et-Loire, les églises et les chapelles demeureront ouvertes les dimanches et en semaine aux horaires habituels, afin de permettre la prière des fidèles. La prière des communautés est particulièrement nécessaire en ces temps d’épreuve. Elle soutient les malades, les personnes âgées, les soignants et les personnels travaillant dans les milieux hospitaliers et les maisons de retraite. Elle appelle sur le monde le réconfort et l’espérance que donne la foi.
Nous savons que les équipes de soignants et d’aumôneries demeurent pleinement mobilisées et nous leur exprimons notre gratitude.
Les messes et les autres célébrations liturgiques sont maintenues, en veillant au respect des mesures déjà préconisées. A ces mesures, il conviendra d’ajouter la distance à respecter entre les personnes au cours des célébrations : une chaise sur deux occupée, et un rang sur deux et la limite de 100 personnes par célébration. Cette limite, qui s’applique pour tout rassemblement dans notre pays, conformément à ce qui a été décidé par les pouvoirs publics, amènera ici ou là la décision, laissée à l’appréciation des curés et des responsables de communauté, de maintenir ou non telle ou telle célébration, quand on saura qu’elle n'entrainera pas de dépassement de ce seuil de 100 personnes. Des célébrations pourront être ajoutées, quand cela sera possible, pour permettre aux fidèles l’accès aux sacrements dans des conditions sanitaires satisfaisantes.
Il est recommandé aux personnes âgées de plus de 70 ans de ne pas se rendre dans les lieux de rassemblement. Pour cette raison, elles sont, jusqu’à nouvel ordre, dispensées de la participation à l’eucharistie dominicale, ce qui constitue évidemment une épreuve. Ceci ravivera le souci de nous porter les uns les autres dans la prière, et sera allégé par la possibilité de suivre sur les ondes ou les écrans, des célébrations liturgiques.
Les rencontres habituelles de catéchèse et d’aumônerie sont suspendues durant le temps où les établissements scolaires resteront fermés. Le pèlerinage diocésain à Lourdes prévu en mai est reporté en septembre. Durant cette période, les retraites d’enfants de préparation aux sacrements ainsi que les camps sont suspendus. Cela nous incite tous à inventer des manières de poursuivre la catéchèse par le moyen de la prière familiale, les sites internet et les réseaux sociaux.
Confions-nous les uns les autres à l’intercession consolante de la Sainte Vierge.

+ Benoît RIVIERE

Communiqué, Autun, le 10 mars 2020

Autun, le 10 mars 2020
Communiqué
Report du pèlerinage diocésain à Rome

Suite à la décision ce jour du Saint-Siège, du report des Visites Ad Limina des évêques de France en raison des risques liés au coronavirus, le pèlerinage diocésain prévu en mars est reporté.
Ses nouvelles dates seront fixées selon les mêmes modalités, c’est-à-dire, en fonction de la reprogrammation de la Visite Ad Limina pour la Province ecclésiastique de Dijon. Les pèlerins ont été prévenus individuellement par la direction diocésaine des pèlerinages.

Communiqué, Autun, le 26 février 2020

Communiqué, Autun, le 26 février 2020
Les catholiques de Saône-et-Loire entrent en Carême


Monseigneur Rivière prêche à Chalon une récollection et appelle les futurs baptisés
Le carême, période de préparation à Pâques, commence ce 26 février avec le mercredi des Cendres. La fête de Pâques est, cette année, le dimanche 12 avril. Le Pape François a publié en plusieurs langues son message de carême destiné aux catholiques du monde entier. Il donne ainsi des orientations pour cette période de 40 jours tournés vers la conversion et la purification, vers une vie meilleure. « Le chemin de Carême est un chemin de charité vers qui est plus faible » a dit le Pape lors de l’audience générale ce matin Place Saint Pierre.
Samedi la récollection
En Saône-et-Loire, Monseigneur Benoît Rivière, évêque d’Autun, prêchera samedi 29 février de 9h à 17h une récollection diocésaine de Carême en l’église Saint Paul apôtre, 11 rue Winston Churchill à Chalon-sur-Saône. Elle est ouverte à tous. Au programme : prière, écoute, partage, enseignements, écologie, sacrement de réconciliation, repas partagé. Pas d’inscription préalable. Penser à apporter son panier et ses couverts.
Dimanche l’appel des futurs baptisés
Le lendemain, dimanche 1er mars à 10h45, en l’église du Sacré-Coeur de Chalon, Monseigneur Rivière présidera la célébration de l’appel décisif des catéchumènes adultes de Saône-et-Loire qui vont être baptisés cette année à Pâques. Cette célébration unique dans l’année a lieu dans chaque diocèse du monde entier le premier dimanche de Carême. Une vingtaine de personnes, hommes et femmes de tous âges, se préparent en effet à recevoir le baptême. Seront présents aussi les adultes du diocèse qui se préparent à recevoir le sacrement de confirmation donné par l’évêque à la Pentecôte. Cette journée est préparée par la paroisse et les responsables diocésains du catéchuménat.
Ils ont écrit personnellement à l’évêque
Les catéchumènes ont tous écrit à l’évêque qui leur a personnellement répondu. Lors de la messe, Monseigneur Rivière les appellera par leur nom, puis ils signeront le registre des futurs baptisés du diocèse. Ils se verront aussi remettre une écharpe violette, qu’ils porteront durant tout le Carême, en signe de leur préparation vers le baptême. Leurs futurs parrains et marraines seront présents. Les catéchumènes seront baptisés pendant la vigile pascale, c’est-à-dire la veille de Pâques, le samedi 11 avril prochain, dans leurs paroisses respectives.
Il est possible d’être baptisé à tout âge
Ces catéchumènes, comme aux origines de l’Eglise, effectuent un « parcours » à durée variable. Ce sont des personnes qui ont ressenti un jour l’appel vers le baptême et qui ont frappé à la porte de l’Eglise. Accueillis par un prêtre ou un laïc, ils deviennent ensuite des « candidats au baptême », accompagnés chacun par une petite équipe locale. Après l’entrée en catéchuménat, où ils reçoivent le signe de la croix et un Evangile, leur parcours se poursuit par la découverte de Jésus Christ à travers la Bible et la prière de l’Eglise. Petit à petit, ils découvrent l’action de Dieu dans leur vie quotidienne. Il est possible d’être baptisé à tout âge.

 + Monseigneur RIVIERE

Message de Noël, Autun décembre 2019

MGR RIVIERELe message de Noël de Monseigneur Benoît Rivière
A tous les habitants de Saône-et-Loire

SURPRISE DE NOËL

Un nouveau visage est toujours surprenant, parce qu’il est unique ! Il invite silencieusement à se laisser surprendre et émerveiller. Un enfant qui vient de naître est comme une parole douce et vierge adressée au monde entier : « veux-tu que je vive bien avec toi ? Et m’aideras-tu à grandir en confiance ? »


Notre pays est entré dans ces jours de Noël sans voir pour autant dissipés les nuages inquiétants des conflits sociaux, des grèves à peine suspendues, des mots durs et implacables jetés en pleine arène. Qui comprendra la plainte profonde des humbles et des petits ?

NOËL me presse joyeusement de changer mon regard sur le monde et sur chaque visage. Nul ne devrait se considérer comme une charge, ou un être de trop, aux yeux des autres ! Dans la lumière de l’enfant de Noël chacun peut se considérer et considérer les autres comme un don surprenant, et qui apporte une part heureuse à la vie de la société entière.

Que les vœux de l’Eglise catholique aillent en premier lieu à vous qui êtes isolés dans une chambre d’hôpital ou de maison de retraite, à vous aussi qui êtes en prison et ne verrez pas cette année la table familiale avec les enfants autour ! Je souhaite à chaque habitant de Saône-et-Loire et à ceux et celles qui vivront Noël ici dans notre département, d’oser se laisser surprendre. Oui, soyez surpris d’être débordés intérieurement par une joie toute simple, survenant alors peut-être que vous n’osiez même plus y croire : celle d’éprouver d’être aimé, et en capacité de voir les autres avec un regard à nouveau empli de compassion et d’espérance !

Bon Noël à toutes et à tous !

+ Benoît RIVIERE

Message de Carême du Conseil Permanent de la C.E.F.

CEF
"Grandir dans la vérité, grandir dans l'espérance''


Chers frères et sœurs baptisés, fidèles de l’Église catholique présente en France,

Réunis comme tous les mois, évêques membres du Conseil permanent, nous souhaitons vous adresser un message au début de ce temps de carême qui est un temps de conversion. Le jour du mercredi des Cendres, en nous marquant le célébrant nous a dit : « Convertis-toi et crois à l’Évangile. »

Nous sommes, ensemble, très affectés et troublés par les révélations faites au sujet des actes parfois criminels commis par ministres ordonnés ou des consacrés sur des mineurs ou même des adultes dans l’Église universelle et chez nous aussi. Ces comportements immoraux nous scandalisent et atteignent notre confiance dans l’Église, dans ceux et celles qui pourtant ont consacré leur vie à Dieu. Des personnes victimes, souvent membres de nos communautés, ont révélé ce qu’elles ont subi et leur profonde blessure qu’elle soit psychologique, spirituelle ou corporelle. Nous les remercions d’avoir osé parler. Grâce à leur témoignage, une profonde prise de conscience s’est réalisée. Une grande opération-vérité s’est ouverte. Dans notre foi, la parole du Christ « La vérité vous rendra libres » (Jn 8,32) est à l’œuvre. C’est douloureux car le mal est profond. Avec le Pape François, nous disons qu’il s’agit d’abus de pouvoir, de conscience et d’abus sexuels.

Nous savions que l’Église est sainte de la sainteté de Dieu, mais qu’en elle se trouvent aussi des hommes et des femmes pécheurs, appelés pourtant par Dieu à être cette communauté qui, dans le temps de l’histoire, porte l’espérance des hommes et rend témoignage à sa bonté. Il est à l’origine de toute vie et par son Fils Jésus Il nous sauve du mensonge de nos vies et nous libère du poids du péché, de celui de la violence faite aux autres. Nous avons confiance en Lui et en son Église.

La fête de l’appel des catéchumènes, ce premier dimanche de carême, nous a fait vivre la fécondité de l’Église. Elle a accompagné l’œuvre de l’Esprit dans le cœur d’hommes et de femmes qui ont reconnu sa présence et se sont tournés vers elle pour être accompagnés dans leur expérience nouvelle. Les communautés chrétiennes les ont accueillis et guidés. De nombreux prêtres, des diacres, des consacrés, des fidèles laïcs leur ont donné le meilleur d’eux-mêmes, c’est-à-dire la Parole de Dieu, le témoignage sur Jésus, la vie en communauté, le souci des petits et des pauvres et encore la manière de trouver Dieu dans la prière du cœur et dans l’assemblée chrétienne !

Le message de Pâques déjà nous éclaire : « Ne craignez pas, c’est moi. La Paix soit avec vous ! ». Nous ne sommes pas abandonnés, nous sommes purifiés. Nous sommes remis devant notre vocation de baptisés !

Poursuivons notre mission de porteurs d’espérance. Nous allons continuer notre effort de conversion dans les domaines où certains ont péché. Nous allons poursuivre notre écoute des personnes victimes et travailler avec elles. Nous aurons besoin de chacun pour être des acteurs de vérité, pour apporter ses compétences pour rendre notre Église plus sainte dans la vie de tous ses membres et dans sa manière de vivre.

Oui, chers Frères et Sœurs, le Seigneur nous aime. Il nous renouvelle dans notre mission de baptisés. Entendons son appel : « Vous donc vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Mt 5, 48).

Bon Carême, bonne montée vers Pâques à la suite du Christ-Sauveur.

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France
Mgr Georges PONTIER, Archevêque de Marseille, président de la CEF
Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, vice-président de la CEF
Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint-Denis, vice-président de la CEF
Mgr Michel AUPETIT, Archevêque de Paris
Mgr Jean-Pierre BATUT, Évêque de Blois
Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez
Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise
Mgr Philippe MOUSSET, Évêque de Périgueux
Mgr Benoît RIVIÈRE, Évêque d’Autun
Mgr Pascal WINTZER, Archevêque de Poitiers



Le Conseil Permanent adresse un message au peuple de Dieu

Editorial d'Eglise d'Autun N° 15 - 21 septembre 2018

LE CONSEIL PERMANENT ADRESSE UN MESSAGE AU PEUPLE DE DIEU QUI EST EN FRANCECEF

Dans la suite du message du pape François adressé à tous les catholiques le 20 août dernier, les évêques réunis pour le premier Conseil Permanent de rentrée ce 12 septembre adressent un message au peuple de Dieu qui est France.
Monseigneur Benoît Rivière, membre de ce Conseil, est l'un des dix évêques signataires.

Depuis plusieurs mois maintenant, notre Eglise est durement mise à l’épreuve.
Laïcs, clercs, consacrés, nous sommes profondément affectés par les révélations d’abus qui se font jour à travers le monde et dans notre pays. Face à la souffrance imprescriptible des victimes et de leurs proches, nous sommes tristes et honteux.

Notre pensée se tourne d’abord vers ceux à qui on a volé leur enfance, dont la vie a été marquée à tout jamais par des actes atroces.
Croyants et incroyants peuvent constater que les actes de quelques-uns rejaillissent sur toute l’Eglise, qu’il s’agisse d’actes criminels ou de silences coupables.

Tous, nous subissons ce soupçon qui porte sur l’ensemble de l’Eglise et des prêtres.
Dans ce désarroi partagé, nous affirmons à la fois que notre lutte contre tout abus doit se poursuivre sans relâche et que notre estime et notre affection pour les prêtres de notre Eglise restent entières. Nous, évêques, voulons redire notre soutien aux prêtres de nos diocèses et appeler tous les fidèles à leur manifester leur confiance.

Le pape François a adressé le 20 août dernier une lettre à tous les catholiques du monde. Il y engage à une « participation active de toutes les composantes du peuple de Dieu » pour enrayer le fléau de la pédophilie. Nous faisant l’écho de cette parole, nous invitons toutes les communautés, tous les fidèles à lire attentivement cette lettre, à l’étudier avec sérieux, à voir comment la mettre en œuvre. Nous appelons chaque baptisé, quelle que soit sa responsabilité dans l’Eglise, à s’engager « dans la transformation ecclésiale et sociale dont nous avons tant besoin ». C’est par l’engagement et la vigilance de chacun que nous parviendrons à vaincre cette calamité des abus dans l’Eglise.

En France, l’Eglise s’est engagée avec une grande détermination dans cette lutte contre les abus et notamment contre la pédophilie. Avec humilité, nous reconnaissons que ce combat est toujours à intensifier, qu’il nécessite une attention sans faille et une conversion permanente des mentalités. La souffrance des personnes victimes d’abus s’impose aujourd’hui comme la première des conséquences à prendre en compte face à ce fléau. Nous affirmons avec force que l’écoute de l’histoire des victimes nous a profondément bouleversés et transformés. Nous sommes persuadés que leur écoute et le travail accompli avec elles nous aideront à mener ce combat contre la pédophilie et à trouver des voies toujours nouvelles de prévention, notamment par la formation des différents acteurs auprès des jeunes. C’est bien dans cet esprit que, lors de notre prochaine assemblée plénière à Lourdes, nous souhaitons accueillir et écouter des personnes victimes.

La crise que traverse l’Eglise catholique aujourd’hui, le profond désarroi dans lequel sont plongés beaucoup de fidèles et de clercs sont une invitation à travailler à la juste place de chacun. A la suite de l’appel du Pape maintes fois exprimé, nous invitons à travailler cette question de l’autorité partout où elle se pose dans l’Eglise. C’est ensemble – dans un souci de communion véritable – qu’il nous faut veiller à ce que tous exercent pleinement leur responsabilité.

Dans ces épreuves qui nous atteignent, nous évêques, avec force et humilité nous en appelons à la foi des uns et des autres. C’est le Christ qui est notre Roc. Il nous a promis qu’il ne nous ferait jamais défaut. Nous vous lançons cet appel : « Soyez toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en vous » (1P 3,16)


+ Benoît RIVIERE avec les évêques du Conseil Permanent

Message de Pâques, Autun le 27 mars 2018

eveque 2018 01Autun, le 27 mars 2018

A Pâques, Dieu dépasse nos peurs

Ce premier dimanche d’avril est, pour les chrétiens, la grande fête de Pâques. C’est la fête de la vie qui triomphe de la mort. C’est la fête de l’amour qui s’offre librement et gratuitement à tous. Au matin de ce lumineux dimanche, les chrétiens affirment dans la joie que le Christ qui dormait dans son tombeau après sa crucifixion se réveille, se lève et sort inaugurer un monde nouveau !

En Jésus, la mort vaincue donne un sens à la vie. A Dieu, il est possible de dire à la fois ses désirs et ses souffrances. Nous croyons que Dieu peut faire toute chose nouvelle, qu’il peut transformer une existence. Avec Lui, aucune crainte ne peut avoir le dernier mot, même si les circonstances visibles montrent le contraire. Dieu dépasse nos peurs.

De belles figures de la foi sont pour nous de véritables modèles de vie consacrée à l’amour. Je pense plus particulièrement, après ce récent attentat dans le sud de la France, à celle du père Maximilien Kolbe. C’est un « modèle d’amour et de solidarité pour le monde d’aujourd’hui », rappelait le pape Saint Jean Paul II. Pourquoi ? Parce que Maximilien, par le don de sa vie, montre jusqu’où peut aller l’amour fraternel et l’esprit de solidarité.

Le geste de cet homme, décidé et accompli en quelques secondes, n’est cependant pas spontané. Il intervient après un chemin personnel qui le dépasse et l’invite à embrasser la cause de l’autre comme la sienne. Maximilien Kolbe reste un phare pour notre temps difficile, comme le Christ est notre roc d’espérance par tous les temps.

A chacun en Saône-et-Loire, je pose ces questions : quelle sera la porte qui vous fera entrevoir un avenir, une espérance, un peu d’affection partagée ? Notre urgence du quotidien n’est-elle pas celle de l’amour, du dialogue et de la vérité confiante ?

En ce jour de Pâques, toujours nouveau et sans cesse renouvelé, les catholiques prient pour que chaque femme et chaque homme soient transformés par l’espérance.

Bonne fête de Pâques, par la joie de Jésus le Christ ressuscité !

+ Benoît Rivière
Evêque d’Autun, Chalon et Mâcon


Voir la version PDF


  • 1
  • 2

LE GLAS DANS LES EGLISES A 15H AUJOURD’HUI

Après l’attentat de Nice

LE GLAS DANS LES EGLISES A 15H AUJOURD’HUI

Monseigneur Benoît RIVIERE, évêque d’Autun, demande, avec la Conférence des Evêques de France, que partout où cela sera possible, le glas des églises de Saône-et-Loire sonne aujourd’hui à 15h. Les catholiques sont invités à prier pour les personnes victimes.

Paris, le 29 octobre 2020
ATTENTAT DE NICE
MALGRÉ LA DOULEUR, FAIRE FACE A CETTE MENACE TRAITRE ET AVEUGLE
Les meurtres perpétrés ce matin à Nice dans la Basilique Notre-Dame plonge la Conférence des évêques de France dans une immense tristesse. Nos pensées et nos prières vont aux personnes victimes, aux personnes blessées, à leur famille et à leurs proches. C’est parce qu’elles se trouvaient dans la Basilique que ces personnes ont été attaquées, assassinées. Elles représentaient un symbole à abattre.
Ces assassinats nous rappellent le martyre du Père Jacques Hamel. A travers ces actes horribles, c’est tout notre pays qui est touché. Ce terrorisme vise à installer l’angoisse dans toute notre société. Il est urgent que cette gangrène soit stoppée comme il est urgent que nous retrouvions l’indispensable fraternité qui nous tiendra tous debout face à ces menaces.
Malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur et, avec toute la nation, veulent faire face à cette menace traître et aveugle.
Partout où cela sera possible, le glas des églises de France sonnera aujourd’hui à 15h. Les catholiques seront invités à une prière pour les personnes victimes.




LOGO EVQUE

Autun, le 29 octobre 2020

Communiqué de Monseigneur Benoît RIVIERE, évêque d’Autun
A propos de la Fête de la Toussaint

Je fais part aux prêtres et aux diacres, ainsi qu’à l’ensemble des diocésains, du message du Conseil Permanent de la Conférence des Evêques de France reçu ce matin 29 octobre.
Nous irons dans le sens d’une loyale participation à l’effort actuel demandé à notre pays.
Bien évidemment, j’encourage les paroisses et les communautés à faire le maximum pour que les célébrations de ce dimanche 1er novembre, Solennité de la Toussaint, se déroulent dans le respect des normes sanitaires.
Ensuite, durant la période du nouveau « confinement », je demande que les églises et chapelles demeurent ouvertes partout où elles le sont habituellement.
Je vous souhaite de tout cœur la force joyeuse de l’Esprit de Toussaint.

+ Benoît RIVIERE


Dis, parle-moi de la mort...
Samedi 7 novembre 2020 de 9h00 à 17h00
Salle des fêtes des Rocheriaux
Place des noyers
71 390 Saint-Désert

Télécharger le tract

Pour vous, prêtres, diacres, laïcs qui accompagnez les familles en deuil
Pour vous qui accompagnez de jeunes familles, en éveil à la foi, préparation baptême…
Pour vous parents, professeurs, éducateurs qui accompagnez des enfants...
et toutes personnes intéressées par la question de la mort.

Les objectifs :
• Partager et percevoir les différentes réalités de la mort, aspect anthropologique, sociologique, théologique
• Découvrir et repérer le langage approprié pour parler de la mort aux enfants.
• Expérimenter et découvrir des pistes pour accompagner.
• Partager et échanger autour de l’accompagnement.



Enseignant, pourquoi pas vous ?

Télécharger le tract

Réunion d’informations Collège Jeanne d’Arc
Mardi 17 Novembre 2020 à 18h

7 rue Desrichard
PARAY-LE-MONIAL