Echos de la journée inter religions à Mazille

Maz7
Message de paix à tous les habitants de la Saône-et-Loire

Pour la septième fois, nous, représentants des différentes religions présentes en Saône-et-Loire (Bouddhistes, Juifs, Chrétiens de diverses confessions et Musulmans), nous sommes réunis en ce dimanche 6 mai 2018 au Carmel de la Paix à Mazille.

Depuis mai 2006, nos rencontres et nos échanges n’ont jamais cessé et, à travers des temps d’écoute et une grande convivialité, des liens defraternité et d’amitié se sont tissés entre nous.

La rencontre 2018 s’est faite sur le thème

« L’expérience de l’exil, épreuve et/ou chance ? »

Pourquoi la réalité humaine de l’exil ? A quoi entraîne-t-elle ceux qui y sont confrontés ? N’est-elle qu’un déracinement ? Est-elle seulement subie ? Pour quelle aventure sur une autre terre ?…

Spontanément, nous pensons à l’exil comme à une expérience d’ordre extérieur, dans un espace et dans un temps, mais il peut être tout autant une expérience intérieure, d’ordre spirituel.

Dans toute société, un homme ou une femme exilé(e) devient une personne sans statut et cette particularité existentielle semble être sa spécificité aux yeux de ceux qui l’accueillent. Tout exilé est arraché à sa culture, à son pays, à son histoire et à ses proches…Il va sur une terre qui lui est étrangère. L’exil peut être ainsi vécu comme une expérience de mort.
journe mazille 2
D’autre part, chacun de nous, sans quitter son pays, peut faire l’expérience de l’exil intérieur : ne nous sentons-nous pas exilés de notre être profond, de notre nature véritable, comme impossibles à atteindre ? Ne sommes-nous pas des exilés loin de Dieu, loin de l’Absolu ? Ne nous arrive-t-il pas, du fait de l’incompréhension, de l’irréductible altérité, de nous sentir exilés même au milieu des nôtres ?

Mais pour le croyant, que l’exil soit géographique ou spirituel, et si douloureuse que soit cette épreuve, l’expérience atteste que Dieu y est éminemment présent et qu’il veut la rendre féconde.
Au commencement de chaque tradition, il y a une grande figure d’exilé : le Bouddha, Abraham, Jésus, Mohammed. Ainsi, l’exil nous apparaît comme une réalité humaine et spirituelle fondamentale.


Habitants de Saône-et-Loire, nous voulons vous dire qu’accueillir un exilé, comme vivre une expérience intérieure d’exil, est l’occasion d’un élargissement du cœur, un appel à nous ouvrir à une réalité qui nous dépasse.


Le visage de l’exilé me regarde, m’interroge, me supplie en silence et me révèle qui je suis et comment je vis face à lui.

Mon propre exil, quelle qu’en soit la forme, peut me conduire à l’essentiel de la condition humaine.
Alors, l’expérience de l’exil, épreuve et/ou chance ?
C’est une épreuve, et elle peut être terrible – mais c’est une chance unique, si, nous ouvrant les uns aux autres au plus vrai de nous-mêmes, nous nous aidons mutuellement à la porter et témoignons ensemble qu’elle peut être source vivifiante pour notre humanité.

 

Le reportage de France 3 Bourgogne au JT du 06 mai

Le reportage de KTO dans l'émission ''A la source'' du 8 mai (à 3 minutes 25)



L'album photos de la journée