• Accueil

"Prière pour notre Terre"

Monseigneur Rivière vous transmet la « Prière pour notre terre » que le Pape François propose, à la fin de son Encyclique, de partager avec tous les « croyants en un Dieu Créateur et Tout-Puissant ».

Prière pour notre terre

Dieu Tout-Puissant
qui es présent dans tout l’univers
et dans la plus petite de tes créatures,
Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe,
répands sur nous la force de ton amour pour que nous protégions la vie et la beauté.
Inonde-nous de paix, pour que nous vivions comme frères et soeurs
sans causer de dommages à personne.

Ô Dieu des pauvres,
aide-nous à secourir les abandonnés
et les oubliés de cette terre
qui valent tant à tes yeux.

Guéris nos vies,
pour que nous soyons des protecteurs du monde et non des prédateurs,
pour que nous semions la beauté
et non la pollution ni la destruction.

Touche les coeurs de ceux qui cherchent seulement des profits
aux dépens de la terre et des pauvres.
Apprends-nous à découvrir la valeur de chaque chose,
à contempler, émerveillés,
à reconnaître que nous sommes profondément unis
à toutes les créatures
sur notre chemin vers ta lumière infinie.

Merci parce que tu es avec nous tous les jours.
Soutiens-nous, nous t’en prions,
dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.



Dieu lui-même est entré en conversation avec les hommes

DIEU LUI-MEME EST ENTRE EN CONVERSATION AVEC LES HOMMES

A table l’autre jour chez des religieuses, j’écoutais le récit qu’elles me faisaient à leur retour d’une session de formation biblique. Etait-ce leur joie communicative, était-ce la sincérité et la pertinence de leurs propos ? Etait-ce la fraternité d’une table amicale ? Toujours est-il que j’ai été touché par une question somme toute fort simple : avons-nous véritablement un appui dans la Parole de Dieu lorsque nous entrons en conversation avec le monde ? L’Ecriture Sainte est-elle pour nous une source pertinente dans ce que nous recevons des autres et dans ce que nous voulons aussi leur dire ?

La question de notre enracinement dans la Parole de Dieu pour un meilleur rapport avec le monde est si importante qu’il ne faut pas trop vite y répondre par les impératifs : il faut prier, ou bien, il faut faire lectio divina, il faut respecter les différences, etc. Mais je pense plutôt que cette question demande à rester toujours ouverte ; elle exige même que l’on n’y réponde surtout pas trop vite. C’est d’ailleurs vrai pour toutes les bonnes questions ! Il ne s’agit pas d’y apporter immédiatement une réponse. Il s’agit de les recevoir et de les laisser cheminer en nous. L’Evangile est rempli de questions que les hommes posent à Dieu, se posent entre eux, et que Dieu lui-même leur adresse.

Un professeur de théologie nous avait signalé la différence entre un problème et une question. Un problème appelle, quand c’est possible, une solution. Une question quand elle est vraie et qu’elle ne porte pas en elle-même la réponse, nous ouvre le cœur et l’intelligence. Elle mérite d’être portée. Ainsi en est-il effectivement de cette question entendue l’autre jour au cours d’un déjeuner chez des religieuses, et que j’entends moi-même comme une question de vie. Entreras-tu suffisamment en dialogue avec le monde dans la lumière de ce que Dieu révèle au monde, c'est-à-dire dans  la lumière du Christ ? Un verset psalmique m’est revenu à la mémoire : «qu’elle est douce à mon palais ta Promesse, le miel a moins de saveur dans ma bouche. Tes préceptes m’ont donné l’intelligence. Je hais tout chemin de mensonge. » Et un autre verset ne dit-il pas: « qu’il est bon, qu’il est doux pour des frères de vivre ensemble et d’être unis » ?

+ Benoît RIVIERE

Trente adultes de Saône-et-Loire confirmés le samedi de Pentecôte par Monseigneur Rivière

Monseigneur Benoît Rivière, Evêque d’Autun, confirmera une trentaine d’adultes du diocèse samedi 23 mai prochain, en la veille de la fête de Pentecôte. La célébration se déroulera à la cathédrale à Autun à partir de 17h.

Ces diocésains venus de toute la Saône-et-Loire ont entre 30 et 40 ans. Ils ont, pour la plupart d’entre eux, été baptisés lors de leur petite enfance. La fête de la Pentecôte, pour les chrétiens, est la fête de l’Esprit Saint, c’est donc un moment privilégié pour recevoir le sacrement de confirmation. « Ce sacrement fait complètement partie de ce que l’Eglise appelle l’initiation chrétienne, avec le baptême et l’eucharistie », explique François Prost, responsable diocésaine du catéchuménat, « ces sacrements sont complémentaires ». L’Esprit Saint, en effet, est reçu au baptême, avec le geste principal de l’eau versée sur le front. L’eucharistie, dont le baptisé peut se nourrir tout au long de sa vie, est « le pain de la route pour continuer d’accueillir l’Esprit ». A la confirmation, « l’Esprit est reçu en plénitude ». Le geste qui manifeste ce don est celui de la chrismation, quand le confirmand est marqué avec le Saint Chrême, « d’un  signe de croix sur le front donné par l’évêque, individuellement et nominativement ».

Les confirmands achèveront leur préparation au sacrement par une rencontre avec Monseigneur Rivière avant la célébration, ainsi que par une visite commentée de la cathédrale. Lors de la messe, la liturgie de la Parole sera très développée, avec plusieurs lectures bibliques liées à l’Esprit Saint. La Schola de la cathédrale, dirigée par Guillaume Labois, animera par le chant la prière de l’assemblée. Pendant cette célébration, l’évêque annoncera l’ouverture d’un synode diocésain à partir du 4 octobre 2015.


"Miséricordieux comme le père"

En ce temps pascal, et en ce temps éprouvant pour l’avenir du monde, le pape François nous fait une belle surprise : il annonce une année sainte à partir du 8 décembre prochain et jusqu’à la fête du Christ-Roi en 2016. La date du 8 décembre, qui est celle de la solennité de l’Immaculée Conception, correspond également cette année au 50ème anniversaire de la conclusion du Concile Œcuménique Vatican II. Le but de cette année sainte est de contempler le visage miséricordieux de Dieu qui brille sur la face du Christ, et de nous engager davantage à cette lumière dans le chemin d’une vie miséricordieuse envers tous les autres.

Le désir du pape est de voir notre temps s’imprégner de la miséricorde « pour aller à la rencontre de chacun en lui offrant la bonté et la tendresse de Dieu… » L’Eglise, dit-il, « vit un désir inépuisable d’offrir la miséricorde », même si nous avons parfois oublié de suffisamment « montrer et vivre le chemin de la miséricorde. »

Comment ne pas être profondément conforté et encouragé par ce désir, qui est celui que nous exprimions avec le Conseil Presbytéral depuis plus d’un an en décidant de marquer le synode diocésain prochain par l’empreinte de la consolation de Dieu. Je sens moi-même combien nous avons tous un immense besoin de ressourcer notre vie dans l’abîme de miséricorde qui se trouve dans le cœur du Christ, et de traduire dans une nouvelle fraternité diocésaine cette réalité qui est, comme dit le pape « l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre, la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie ; la miséricorde, dit-il encore, est le chemin qui unit Dieu et l’homme pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché. »

Nous devrons aller résolument sur ce chemin dans les temps qui viennent.

+ Benoît RIVIERE



Le nouveau livre de Mgr RIVIERE

« Soyez le sel de la terre », couv eveq
le nouveau livre de Monseigneur Benoît Rivière

Monseigneur Benoît Rivière, Evêque d’Autun, a rassemblé dans ce livre un choix de textes prononcés ou écrits pour des circonstances particulières. Ces pages choisies représentent donc l’un des fruits du travail au quotidien de son ministère d’Evêque.

«  Ces textes », explique Monseigneur Rivière, «  sont comme enracinés dans le terreau vivifiant de mes rencontres avec les jeunes, les catéchumènes, les Chrétiens des paroisses de notre diocèse d’Autun, les consacrés, les personnes malades ou handicapées, les personnes en situations de fragilité. » Certaines de ces rencontres donnent naissance à des dialogues spontanés, non préparés. A d’autres occasions, il est demandé à l’Evêque de pouvoir rédiger à l’avance des textes sur des thèmes très variés : catéchèses, homélies, messages, éditoriaux pour le magazine diocésain « Eglise d’Autun ».

Lire la suite

Notre évêque au 16e Championnat de France Cycliste du clergé

La Clergeronne Flyer Recto   Notre évêque, un prêtre et une religieuse au 16e Championnat de France Cycliste du clergé
Ils seront trois participants de Saône-et-Loire au 16e Championnat de France cycliste du clergé le week-end du 1er mai à Nogent-le-Rotrou : notre évêque, monseigneur Benoît Rivière, le Père Eric Reboul, curé à Marcigny et Sœur Marie-Pierre Guillermo, religieuse à Macon.

Lire la suite

Interview au sujet des réfugiés

Suite à l'appel du Pape François, notre Evêque parle au sujet des réfugiés.
Ecouter l'interview du 06 septembre 2015 sur Radio Vatican : ici

Le Message de Pâques de Monseigneur Benoît Rivière

En ces jours où les Chrétiens fêtent la résurrection du Christ, Monseigneur Benoît Rivière, Evêque d’Autun, s’adresse à tous les habitants de Saône-et-Loire.

  A Pâques, la beauté d’un commencement

Des forces de mort laminent le monde et nos propres existences personnelles : enchaînements des conflits, épidémies diverses et variées, pollution qui ruine les santés et les équilibres naturels, mensonges, méfiance, haines, cruautés, vengeances, égoïsmes de tous ordres… La victoire de la mort, brutale ou insidieuse, inéluctable ou inattendue paraît plus évidente que sa défaite !
Les chrétiens savent cela fort bien, autant que les autres. Et pourtant, ils s’exclament : « le Christ est ressuscité, par sa mort, il a vaincu la mort ! » Quel paradoxe ! Quelle chose inimaginable ! Oui, nous l’affirmons : « Elle est finie ta victoire, ô mort ! »

Lire la suite

A l'occasion de l'entrée en Ramadan

Message de Monseigneur Benoît Rivière, Evêque d’Autun,
aux Musulmans de Saône-et-Loire à l’occasion de l’entrée en Ramadan

Chers amis,

En ce début de Ramadan qui commence pour vos communautés de Saône-et-Loire, c’est avec beaucoup d’amitié et de respect que je vous écris aujourd’hui ce message d’encouragement et de prière.
Je souhaite que chaque musulman et chaque musulmane puissent vivre ce temps privilégié consacré à Dieu dans la sérénité personnelle et la joie de se retrouver ensemble.
Avec vous, frères musulmans, nous dialoguons régulièrement, sur les questions pressantes qui se posent à notre société. La violence, le racisme, nous les condamnons sans cesse, ensemble. La protection des faibles, le soutien aux plus démunis, l’accueil de l’étranger, nous les portons, ensemble.

Au lendemain de la parution de la Lettre encyclique du Pape François sur l’écologie, la solidarité universelle pour la protection de la terre constitue un appel urgent qui concerne l’humanité entière. Pour nous, croyants, nous voyons dans la nature ce surcroît de sens lié à sa création par Dieu. Cette préoccupation de « sauvegarde de la maison commune », nous la partageons donc aussi, ensemble.
Vous allez vivre un mois pour Dieu et pour votre communauté : que ces jours constituent, pour chacun de vous, ressourcement spirituel et approfondissement de foi.

Que la paix soit avec vous.
Je vous renouvelle mes salutations les plus fraternelles.

+ Benoît Rivière
Evêque d’Autun
logo eveque
 


A l’occasion de la 30e Journée Diocésaine de la Jeunesse du 28 mars

A Montceau une centaine de jeunes de 16 à 35 ans s'est rassemblée.                              AFFICHE JDJ15 213x300                                                                                                         

Le Pape invite en effet chaque année tous les diocèses du monde à vivre une Journée Mondiale de la Jeunesse lors de la Fête des Rameaux. Elle est déclinée en alternance, soit en rassemblement mondial, comme l’an prochain en Pologne à Cracovie, soit au niveau diocésain, comme cette année. Les Pères Grégoire Drouot, délégué épiscopal à la Pastorale des Jeunes, Nicolas Berthier, vicaire à Macon et Christine Clerc, laïque en mission, sont récemment allés en « repérage » à Cracovie pour la préparation des JMJ de 2016 autour du pape François.

  Ta vie, un projet d’amour !

Lire la suite

Une icône toute proche de nous

Editorial - Eglise d'Autun N° 14 - 11 septembre 2016

UNE ICONE TOUTE PROCHE DE NOUSMERE TERESA


C’est une foule considérable qui s’est rassemblée ce premier dimanche de septembre à Rome pour la canonisation de Sœur Teresa de Calcutta. Aux humbles, oui, Dieu accorde en surabondance sa grâce ! Mère Teresa, c’est pour moi un modèle d’humilité, d’amour et de prière.

J’ai eu la joie de me plonger dans cette foule de toute la terre venue à Rome pour communier à l’immense joie de se sentir soutenue par une grande sœur, plus vivante que jamais. Car nous avons bien besoin de l’appui des saints et des saintes pour notre marche humaine.

Dans cette communion si sensible et si forte des amis innombrables de cette petite servante humble des pauvres, je repensais à ces mourants de Calcutta et de partout, auprès de qui mère Teresa et ses sœurs et ses proches, ont donné et continuent de donner très concrètement leur temps, leur énergie, leur tendresse.

Mère Teresa a aimé les pauvres et pas seulement les pauvres. Elle vivait une telle relation d’amour avec le Seigneur, sans cesse en train de prier, et d’agir unie au Seigneur, que le moindre contact qu’elle avait avec une personne était un contact qui vous remettait dans le chemin de la vie et du courage d’avancer sous la conduite du Saint-Esprit.

Mère Teresa dans son désir constant d’obéir à la grâce, était burinée et purifiée dans son être. Elle était désencombrée d’elle-même et elle vivait pour être avec Jésus qu’elle aimait et qu’elle priait si constamment. Jésus n’était pas pour elle un vague sentiment, mais celui qui a soif de notre foi et de notre collaboration à son œuvre divine.

La charité, c’est toujours terriblement concret, c’est toujours, quand elle est vraiment pure, c’est toujours une percée divine dans l’épaisseur de la souffrance des hommes.
Sainte Mère Teresa, continuez votre simplicité d’être en Dieu, continuez d’aimer, continuez de prier... vous nous entraînez dans la joie durable de servir.

+ Benoît RIVIERE