La prière, le jeûne et l'aumône

Editorial d’Eglise d’Autun N° 5 - 9 mars 2018

4
La croissance presque folle des masses d’informations qui circulent à chaque instant par internet dans le monde, pose en creux la question suivante : qu’en est-il des relations humaines ? Etre et grandir dans des relations ajustées demande une humble présence, du temps réel, et un jeûne d’informations.

Je me souviens de l’histoire suivante : une femme demande un jour à son mari de pouvoir parler un peu tranquillement avec lui. Aussitôt le mari lui dit : « Ah, je vois ! C’est le problème de la voiture, ou bien c’est la difficulté d’un de nos enfants ! Oui, ma chérie, nous allons en parler calmement ! » Et elle lui dit : « non ! Ce n’est pas de cela que je voudrais parler avec toi : » « Et de quoi donc alors », lui dit son mari ? « De toi et de moi, » lui répond-elle simplement.

Dans la prière, le jeûne et l’aumône, il est question de relations, il n’est même question que de cela : où en suis-je de ma relation vitale, dialoguante, confiante, actuelle, quotidienne, avec le Seigneur vivant ? Où en suis-je de la relation équilibrée, honnête, réconciliée, avec moi-même dans l’histoire qu’il m’est donné d’accueillir ? Où en suis-je dans ma relation engagée, concrète, durable, avec d’autres qui attendent une aide ?

Le prix de notre existence est directement mesuré au temps et à la qualité de la prière, de l’ascèse, et du service concret des autres. Et le climat chrétien de notre relation avec Dieu, avec nous-mêmes et les autres, c’est la joie, d’autant plus grande que devient consciemment plus grande la place intérieure du Père qui est là, nous dit Jésus, dans le secret. Je me souviens d’une enfant à la veille de sa première communion me disant : « je ne veux pas seulement préparer une place à Jésus dans mon cœur, mais toute la place ! »

A mesure qu’avance le temps du Carême, sachons reconnaître ce qui a valeur devant Dieu et ce qui n’en a pas, et rejetons simplement et joyeusement ce qui n’en a pas aux yeux de Dieu. Alors, sera large et grand l’espace pour aimer mieux en toute circonstance et chaque jour.

+ Benoît RIVIERE