Le Patriarche Bartholomée 1er à Taizé

Visite à Taizé du Patriarche de Constantinople Bartholomée 1er
Mardi 25 Avril 2017

PATRIARCHE PHOTO DE JEAN PHILIPPE KSIAZEK AFP

Photo de JEAN-PHILIPPE KSIAZEK - AFP


Pendant le temps de prière de midi, le Frère Aloïs a accueilli Bartholomée 1er en reconnaissant que « depuis ses origines la communauté s’est laissée imprégner par la tradition orthodoxe » caractérisée par le rôle central de la résurrection du Christ, celui de l’Esprit-Saint, de l’enseignement des Pères de l’Eglise, de la vie liturgique, de la vie contemplative. Il a rappelé que le patriarche Athénagoras et Frère Roger avaient créé en 1962 à Taizé un centre monastique orthodoxe. Il a invité son prestigieux visiteur à bénir deux icônes et se recueillir sur la tombe de Frère Roger avant de partager le repas fraternel de la communauté.


Sa Toute Sainteté Bartholomée 1er (en grec : Βαρθολομαίος Α) est l'actuel primat de l'Église orthodoxe de Constantinople depuis le 2 novembre 1991. Il porte le titre d'archevêque de Constantinople, nouvelle Rome et patriarche oecuménique, il est l'héritier de l'apôtre André, « premier parmi ses égaux » (primus inter pares) par patriarchesrapport aux dirigeants des Églises orthodoxes. Il est de nationalité turque mais appartient à la petite minorité grecque de Turquie. Il est né le 29 février 1940 dans le village de Aghioi Theodoroi (Άγιοι Θεόδωροι) sur l'île de Gokceada. Fait notable : Il a passé son doctorat en droit canonique à l'université grégorienne de Rome avec pour thèse : « La codification des lois sacrées et des ordonnances canoniques dans l'Eglise Orthodoxe ». Le patriarche Bartholomée possède à titre honoraire les doctorats de 19 Universités dans le monde entier. En dehors de sa mission religieuse, le patriarche est aussi connu pour son soutien à la cause de la défense de l'environnement, engagement qui lui vaut le surnom de « Patriarche vert ».

L’orthodoxie, par la continuité et la stabilité de la tradition, prétend perpétuer un type de relation avec la création qui n’est pas biaisée par quantité de systèmes philosophiques dont l’occident fut le promoteur. Cette tradition perçoit d’emblée le caractère sacré de la création comme don de Dieu et icône du créateur. C’est pourquoi Bartholomée 1er situe l’Orthodoxie comme particulièrement qualifiée pour rappeler le rôle bienveillant et protecteur que doit revêtir l’ensemble de la chrétienté, et il peut affirmer que sa tradition est leader dans ce domaine. Ceci l’amène à dire que la préservation de la création est un « devoir sacré de l’Eglise », le devoir de tous les chrétiens ensemble.

Dans sa réponse à Frère Aloïs, Bartholomée 1er a mis en avant les trois niveaux de la réconciliation, thème central du christianisme, qui sont le rapport de la réconciliation de l’humain avec le divin, le ministère de communion, l’amour du Christ à l’échelon de l’humanité entière. Il a cité le théologien orthodoxe Olivier Clément qui considère Taizé comme l’événement qui « cristallise les aspirations d’une jeunesse en mal d’être, en mal de croire, en mal de vivre », l’événement « qui agit comme une puissante parabole de conversion et de réconciliation en mettant l’accent sur la vie intérieure qui permet d’entrer dans le mystère de l’unité, tout en s’inscrivant pleinement dans la vie du monde ». Monseigneur Benoît Rivière a participé pleinement à cette visite historique qui comptera dans les annales du diocèse d’Autun.

Jean-Louis Hivernat
Diacre du diocèse d’Autun, Délégué épiscopal à l’oecuménisme

PATRIARCHE REPAS2


Lire les paroles d'accueil de Frère Alois et l'allocution du Patriarche