Editorial Eglise d'Autun N°20

EGLISEAUTUN20« NOUS SOMMES L’ARGILE »

C’est ainsi que le prophète Isaïe désigne son peuple, notre peuple, nous-mêmes aujourd’hui. Nous l’entendions dans la première lecture du 1er dimanche de l’Avent. Les événements nous poussent à un choix : que voulons-nous devenir ? Des feuilles mortes balayées par le vent, ou bien cette œuvre divine que Dieu réalise avec nous et pour le monde entier ? J’envisage ce début d’une nouvelle année liturgique comme une chance, celle d’être saisi par la grâce créatrice, et donc d’être trouvé disponible et perméable à la Parole de Dieu. Elle vient irriguer la terre et elle vient réconcilier les cœurs meurtris.
L’Avent, c’est le commencement d’une nouvelle création qui se laisse apercevoir… qui est presque là mais pas encore manifestée. Oui, c’est une chance pour l’argile, c’est une chance pour la terre, c’est une chance pour les cœurs voulant se retourner vers la lumière véritable.
Ne nous laissons pas enfermer dans la dureté des jugements péremptoires et sans appel ! Ni dans les plaintes à n’en plus finir ! Ni dans les critiques systématiques ! Fuyons l’esprit de l’adversaire, que la Bible nomme le menteur dès l’origine et l’accusateur des frères !
Creusons plutôt délicatement et avec amour en nous et entre tous les humains, des espaces pour bénir, pour louer et pour intercéder, des espaces de calme, de travail appliqué, de soutien humble et discret des nécessiteux ; en un mot, faisons place à Celui qui est en train de venir aujourd’hui, le Christ sauveur et consolateur de son peuple. C’est lui qui nous façonne. « Nous sommes tous l’ouvrage de sa main » (Is 64,7).

+ Benoît RIVIERE