« Soyez dans la joie et l’allégresse » (Mt 5,12)

Editorial d'Eglise d'Autun N° 9 - 11 mai 2018


P4190292
Cette expression, qui vient de la bouche même de Jésus, est le titre de la troisième exhortation apostolique que le pape vient de nous offrir. François veut nous entraîner vigoureusement et avec réalisme sur le chemin des béatitudes, c'est-à-dire de la sainteté. Rien à voir avec la fausse sainteté de qui « a le regard figé dans une prétendue extase » ! J’aime que le pape nous dise que la sanctification est un cheminement communautaire.

La joie et l’allégresse est promise dès aujourd’hui à ceux qui ne désertent pas le combat de la foi, et qui en même temps considèrent leurs propres faiblesses comme le lieu où agit la grâce. En ce temps de Pentecôte (et d’ailleurs tout le temps !), la lecture de cette exhortation du pape stimule à viser haut, c'est-à-dire à nous laisser sérieusement guider par l’Esprit-Saint dont la force se joint à nos limites et à nos fragilités.

Je me suis interrogé, au fil de la lecture, et je vous partage ces quelques questions : est-ce que je m’entraîne chaque jour à savoir arrêter la course fébrile de mes pensées et de mes activités, pour habiter l’espace personnel où s’établit le dialogue sincère avec Dieu ? Est-ce que je considère que la reconnaissance de nos limites humaines permet précisément à la grâce de Dieu d’agir davantage ? Les deux seules richesses qui ne s’évanouissent jamais, sont le Seigneur et le prochain. Pourquoi ai-je tendance à laisser ma vie être envahie par tant d’autres soucis et richesses qui ne touchent ni Dieu ni le prochain ? Et devant les multiples sollicitations (écrans, loisirs, vains bavardages, occupations prétendument indispensables…), est-ce que je demande le don du discernement, ainsi que le courage d’agir ? Est-ce que nous goûtons peu à peu davantage « la grâce qui apaise la vanité et rend possible la douceur » ? Faisons-nous silence sur les défauts des autres ? Préférons-nous être enseignés de tout le monde plutôt que de prétendre instruire à tout bout de champ le moindre humain qui bouge ? (Cf. Saint Jean de la Croix. Exhortation du pape n°117).

Voilà quelques brèves notes entendues à la lecture de cette exhortation du pape. Elles m’aident à oser avec réalisme prendre à nouveau la route des béatitudes, en écoutant l’Esprit-Saint créateur et donateur de joie et d’allégresse.


+ Benoît RIVIERE