Un temps pour bénir

Editorial d'Eglise d'Autun N° 12 - 21 juin 2019 louange


Les rythmes de la nature nous apprennent, ou devraient nous apprendre, à nous réconcilier avec l’écoulement du temps.
Je veux dire que l’alternance du jour et de la nuit, des saisons, des pluies et des vents, du soleil et des nuages, et encore la lente croissance des arbres et des plantes, sont une indication silencieuse à demeurer avec sagesse dans le temps qui nous est offert. Le temps est comme un chemin ouvert pour goûter la grâce à l’œuvre partout.

On dit parfois que le présent seul nous est donné pour vivre réconciliés. Certes ! Mais à condition de ne pas comprendre le présent, l’aujourd’hui, comme simplement un instant. L’instant rime avec l’instantanéité. Et l’instantanéité ne dit rien de la vraie fidélité. C’est bien plus dans le fil de notre existence, dans les alternances de consolation et de désolation, dans l’humble acceptation des processus et de la durée, que peut s’opérer le discernement de l’action de l’Esprit-Saint dans le monde, et dans nos vies personnelles.

J’ai écouté il y a quelques jours avec bonheur quelques futurs prêtres et diacres dire à des journalistes combien c’était dans le temps long que Dieu agissait, et combien c’était important d’entrer dans cette humble écoute d’un Dieu qui se révèle partenaire du temps. La fameuse « heure » de Jésus est bien mieux qu’un instant qui vient et disparait, elle est la rencontre d’un amour offert et d’une initiative absolument gracieuse de Dieu qui a résolu de nous sauver. Elle est présence à Dieu et présence à nous-mêmes. Elle est le temps favorable, si nous regardons bien.
Voir notre époque comme celle où se manifestent les merveilles de Dieu est un acte qui résulte de la foi et de l’espérance. Sans la foi, sans l’espérance, nous ne voyons plus les fruits de la bénédiction. Or, c’est pour cela que nous somme créés, pour la louange et pour la bénédiction.
En ce proche début de l’été, puissions-nous bénir, et choisir la bénédiction comme attitude fondamentale !

+ Benoît RIVIERE