Témoignage d’une bénévole de l’équipe AH du Centre Hospitalier de Chalon

"Devenir disciple missionnaire en Jésus Christ"

La prise de conscience de l'aspect ecclésial de la mission de bénévole à l'aumônerie hospitalière est née d'un long cheminement personnel, en voici quelques étapes :


Le désir de me faire proche des personnes en difficultés m'anime depuis très longtemps et c'est ainsi que, pendant  ma cessation d'activité professionnelle, il y a plus de 25 ans, suite à la naissance de mon 3ème fils,  j'ai été bénévole dans une maison de retraite.

Cette expérience m'a donné le goût de réorienter ma vie professionnelle et suite à une formation d'A.M.P.  (Aide Médico-Psychologique) j'ai travaillé à l'accompagnement de personnes porteuses d'un handicap, activité durant laquelle j'avais à cœur de tisser avec ces personnes blessées par la vie, une relation où elles se sentent respectées dans leur dignité.

Le désir de chercher Dieu est aussi en moi depuis mon enfance mais pendant de longues années, loin de l'Eglise  je m'étais fourvoyée et comme avec la brebis perdue, dans sa grande miséricorde, le Seigneur est venu  me chercher. Sur ma route, il a mis le Père Bouard qui m'a accompagnée à l'école de Saint Ignace. Alors,  petits pas à petits pas,  le Seigneur m'a conduite sur le chemin de la réconciliation avec moi-même, certaines personnes mais aussi avec son Eglise.

Le désir de suivre le Christ de plus près est alors devenu  premier dans ma vie.  Chemin faisant, ancrée dans la prière,  Il a  doucement transformé mon regard sur son Eglise, me rappelant le sens de mon baptême et ce à quoi tous les baptisés sont appelés.  Comme le dit Saint Paul  dans sa 1ère lettre aux Corinthiens 12, 12-13 : «  En effet, le Christ est comme un seul corps qui possède plusieurs parties... Nous avons été baptisés pour former un seul corps par le même Esprit.. »

Lire la suite

Témoignage du prêtre accompagnateur de l’équipe d’aumônerie de l’hôpital de Charolles

"Devenir disciple missionnaire en Jésus Christ"

« Il les envoya 2 par 2 avec la mission de guérir, de chasser les esprits mauvais … »


Des communautés nouvelles y voient un appel à aller en petites communautés de prêtres (et pas seulement un par un) à la rencontre des hommes.

Plus largement, j’y vois l’appel du Seigneur à continuer son oeuvre et à ne pas en faire une affaire privée. Que l’on soit à 2 ou plus.

Et cela me semble être le cas pour l’aumônerie hospitalière…

Souvent, les membres de l’aumônerie visitent à 2. Ils se confortent, ils partagent joies et difficultés. Ils sont témoins que ce n’est pas leur affaire mais celle de toute l’Eglise.

Mais il y aussi un autre aspect où s’exerce  la dualité. C’est la collaboration entre l’aumônier  ou l’équipe hospitalière et le prêtre référent.

Il est bien évident que, sauf mission et charisme particuliers  d’un prêtre, ce sont les laïcs missionnés qui assurent  la proximité et la régularité.                     

Parfois ils doivent se débrouiller tout seuls, parce qu’il n’y a pas vraiment de prêtre référent.

Parfois, ils sont encore omniprésents parce que c’est  un domaine qui leur tient à cœur  ou parce qu’ils se raccrochent à ce service faute de pouvoir assurer les autres !

Les laïcs sont alors des supplétifs que l’on tolère ou qui sont confinés dans des tâches qu’ils assurent avec leur bon cœur chacun, mais sans véritable esprit  communautaire.

J’ai conscience de ne pas faire partie de ces prêtres-là et je me reprocherais plutôt d’être trop absent, pas assez proche des malades, faute de temps, de compétence et d’appétence !

Lire la suite

Avec un handicap, passionnément vivants

RENCONTRE DIOCESAINE DE PERSONNES EN SITUATION DIVERSES DE HANDICAP
 
Le 5 mars 2016  des personnes porteuses d'un handicap se sont retrouvées à Tournus pour un temps de ressourcement sur le thème : "Avec un handicap passionnément VIVANTS".
C'est le même appel que le rassemblement national prévu à Lourdes du 12 au 15 septembre organisé par la pastorale des personnes handicapées en partenariat avec  différents mouvements impliqués.  
Ce temps de convivialité et d'expression a été honoré par la présence de notre évêque qui a présidé le temps de prière de fin de journée et a pu mesurer quelle richesse ces personnes peuvent apporter à notre Eglise.  
Le spectacle de Dominique Auduc tout en « théologie adaptée » et plaisir des yeux a émerveillé l'auditoire très participatif.
La journée a été rythmée par les chants animés par Anne Langard accompagné de son fils Colin avec sa  guitare.  
Les temps d'expressions par les mots, par la peinture ou les collages ont été fructueux. La démarche synodale a été proposée sous forme d'expression autour des verbes Aimer et Donner.
Ainsi les personnes porteuses de handicap ont pu exprimer leur foi et montrer ainsi qu’elles ont toute leur place en Eglise.  
Laurence Mitton
IMG 5758