N°13 du 28 juin

 

Le Christ Jésus, ouvrant les Écritures, trouva ce passage où il est annoncé une année de bienfaits donnée par Dieu. Cette « ouverture » pour une espérance est réelle aujourd’hui comme hier. Le contexte de nos sociétés ultra connectées et sous la pression des informations en continu, nous le savons, pose en creux cette question : qu’espérons-nous vraiment ?

Le synode actuel, et, quelques années plus tôt notre propre synode diocésain, permettent de dépasser certaines peurs, et de nous familiariser davantage au discernement et à la conversation spirituelle. Il existe de multiples lieux dans le diocèse où se joue cette belle « fraternité d’espérance ». C’est dans cet esprit que quelques-uns se sont déjà réunis deux fois pour commencer à préparer le grand « rassemblement » diocésain, continuant en cela la tradition des « rendez-vous de la Solidarité » tous les 5 ans.

2025 sera l’année du grand jubilé qui se célèbre tous les 25 ans dans l’Eglise répandue dans le monde entier. Le pape a voulu donner à ce jubilé l’orientation suivante : « Il faut prêter attention à tout le bien qui est présent dans le monde pour ne pas tomber dans la tentation de se considérer dépassé par le mal et par la violence. Mais les signes des temps, qui renferment l’aspiration du cœur humain, ayant besoin de la présence salvifique de Dieu, demandent à être transformés en signes d’espérance. »

Voilà pourquoi nous donnerons à la rencontre diocésaine de TAIZÉ 2025 le titre suivant : « passeurs d’espérance ». Dès à présent, je donne quelques indications. Tout d’abord pour inviter tous les diocésains qui le pourront à venir dès le samedi matin 4 octobre 2025 permettant ainsi des temps de conversations fraternelles en équipe sur les deux jours. Nous favoriserons donc au maximum l’expérience du partage en petites « fraternités » (environ dix à douze personnes) ainsi que la participation à des ateliers. C’est pourquoi, nous commençons dès à présent à repérer dans la vie du diocèse quelles sont les initiatives pastorales même modestes qui mériteront d’être portées à la connaissance de tous dans ces ateliers, et quelles sont aussi les « pratiques » de divers ordres pouvant être partagées (écologie, art, relations des personnes migrantes avec les communautés d’Église, évangélisation en milieu rural, expériences pédagogiques actuelles dans le monde des jeunes, etc.)

Ceux et celles qui voudront bien dès la rentrée de septembre se joindre à l’une des commissions préparatoires à ce rassemblement se signaleront à l’évêché. En effet, nous voudrions permettre à des milliers de diocésains de se retrouver au cours de ce rassemblement d’octobre à Taizé, et cela demande naturellement que nous soyons organisés pour cela.

Les commissions en cours de constitution sont les suivantes :

  • Invitation et communication
  • Logistique et transports
  • Liturgie
  • Animations et contenus.

J’invite joyeusement dès maintenant les familles, les paroisses, les aumôneries, les mouvements, les groupes d’Eglise petits et grands, les communautés religieuses, … à se mettre en chemin vers le jubilé 2025 et tout particulièrement vers le rassemblement diocésain à Taizé les 4 et 5 octobre 2025.

Cette lettre éditoriale écrite volontairement avant les vacances sera suivie à l’automne par une deuxième lettre d’information sur la préparation de Taizé 2025.

+ Benoît RIVIÈRE